Affaire du petit Grégory : son père, Jean-Marie Villemin, sort du silence et s'exprime sur le meurtre de Bernard Laroche

·1 min de lecture

Le 16 octobre 1984, le corps sans vie de Grégory Villemin était retrouvé pieds et poings liés par des cordelettes, dans les eaux froides de la Vologne, une rivière des Vosges. Rapidement devenue l'Affaire Grégory Villemin, cette histoire a pris une très grande ampleur et a fait la Une des médias durant plusieurs années. Plus de trente-cinq ans après, celle-ci passionne toujours autant les français. Me Thierry Moser, l'avocat et ami des époux Villemin, aujourd'hui âgé de 71 ans, a décidé de raconter sa version dans un livre intitulé "Paroles d'avocat" et sorti le 12 janvier dernier. Dans la postface de celui-ci, il a donné la parole à Jean-Marie Villemin. Un extrait a été dévoilé par Paris Match. "Un anéantissement total : voilà ce que Christine et moi ressentions après l'assassinat de notre petit Grégory le 16 octobre 1984", explique-t-il d'abord. Il revient ensuite sur "l'enchainement tragique qui a vu le magistrat instructeur Jean-Michel Lambert échouer à mener son dossier d'instruction, relâcher Bernard Laroche et laisser se développer des rumeurs infâmes sur Christine". Une série d'actions qui l'ont "poussé à bout", ce qui l'a amené à aller voir Bernard Laroche, son cousin germain qu'il pensait être à l'origine de l'assassinat de son fils, afin de "lui faire avouer". Il conclut en disant que "dans un moment d'aberration et de total désespoir, je l'ai tué". C'est la première fois depuis 2006 que l'époux de Christine Villemin prend (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Loire : une femme se bat pour prouver qu'elle est bien vivante depuis trois ans
Une étudiante de 23 ans tente de se défenestrer : elle est sauvée par ses camarades
Une jeune femme de 18 ans se tue dans une descente en luge
Ivre, il asperge son ami d'acétone et le brûle grièvement
Affaire du petit Grégory : cet épisode traumatisant vécu par son père Jean-Marie Villemin en prison