Publicité

Affaire Maddie : Pourquoi Arthur Dreyfus en a fait un roman

French writer Arthur Dreyfus poses during a photo session in Paris on March 9, 2021. (Photo by JOEL SAGET / AFP) (Photo by JOEL SAGET/AFP via Getty Images)
JOEL SAGET / AFP via Getty Images French writer Arthur Dreyfus poses during a photo session in Paris on March 9, 2021. (Photo by JOEL SAGET / AFP) (Photo by JOEL SAGET/AFP via Getty Images)

LITTÉRATURE - Maddie or not Maddie ? La médiatique affaire liée à la disparition, en 2007, de la petite Madeleine McCann, surnommée Maddie, est une fois de plus sur le devant de la scène. Et pour cause, une jeune Polonaise de 21 ans se dit certaine d’être cette dernière.

La dénommée Julia, désormais suivie par plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs sur Instagram, est parvenue à entrer en contact avec Kate et Gerry McCann, les parents de l’enfant disparue. D’après eux, « la fille ressemble bien à Maddie, il n’y a pas de doute ». Ils ne veulent éliminer aucune piste : ils ont accepté le test ADN.

Patience. « Cette histoire a suscité énormément de chimères. Un enfant qui disparaît, c’est une image à la fois très banale et très antique, observe Arthur Dreyfus, interrogé par Le HuffPostÇa ne m’étonnerait pas, ici, qu’il s’agisse à nouveau du fantasme, conscient ou inconscient, d’une femme hypnotisée par cette affaire.  »

Arthur Dreyfus est écrivain, journaliste et metteur en scène. Il a publié, en 2012 chez Gallimard, Belle famille, une fiction librement inspirée de l’affaire Maddie. Il croit peu au nouveau rebondissement. « C’est un cas de figure très courant, commente-t-il. Lorsque Jeanne d’Arc a été brûlée, plusieurs anonymes se faisant passer pour elle - ou persuadées d’être elle - ont surgi un peu partout en France. »

Les parents, responsables ?

Dans son roman, la famille McCann n’est pas anglaise, mais française. Ils ne sont pas en vacances au Portugal quand l’enfant (un garçon et non une petite fille) disparaît, mais en Italie. Pour le reste, tout y est, et notamment l’emballement des plus grandes célébrités de l’époque pour ce fait divers, comme la fois où le pape Benoît XVI a rencontré les parents. Aucune disparition d’enfant n’avait, selon Arthur Dreyfus, fait autant de bruit. En tout cas, pas depuis l’enlèvement du bébé de l’aviateur Charles Lindbergh, en 1932.

L’emballement médiatique l’intrigue, mais pas seulement. Quelques mois après la disparition de Maddie, sa mère, Kate McCann, est mise en examen. Des taches de sang ont été retrouvées sur des objets de la chambre d’hôtel, de laquelle la fillette aurait été enlevée pendant son sommeil. Kate McCann est soupçonnée d’avoir accidentellement tué sa fille. À son tour, le père est mis en examen.

« L’idée que des parents puissent être responsables de la naissance, mais aussi de la mort de leur enfant, m’a fasciné. La dimension dévoratrice que peut (aussi) incarner la mère est un thème romanesque riche », nous dit Arthur Dreyfus des motivations qui l’ont poussé à faire de ce fait divers un roman.

L’écrivain poursuit : « J’ai voulu imaginer que depuis le départ, cette mère éplorée savait ce qui était arrivé à son enfant. Que celui-ci était mort accidentellement, et que sa culpabilité l’avait entraînée dans un incroyable déni : au point de faire disparaître son cadavre, et de se jeter à corps perdu dans un récit de disparition. Jusqu’à s’enfermer dans un terrible mensonge, qui ne permette en aucun cas de revenir en arrière. »

Netflix sur le coup

Depuis la disparition de la fillette de 3 ans, seize ans d’enquête se sont écoulés. Et presque autant de rebondissements, de pistes et de suspects. Depuis 2020, Christian B. est considéré comme le principal d’entre eux. Cet Allemand, un pédocriminel multirécidiviste qui a longtemps vécu au Portugal, est actuellement en prison pour une autre affaire, le viol d’une Américaine de 72 ans en 2005.

Tout ça ressemble à un film. En 2014, un projet d’adaptation au cinéma du roman d’Arthur Dreyfus par Safy Nebbou (L’autre Dumas), avec dans le rôle-titre Bérénice Bejo, a été annoncé dans les colonnes du magazine américain Variety. C’est toujours en cours, nous dit l’écrivain de 36 ans. Mais sous quelle forme ? Il n’en sait pas plus, si ce n’est que Netflix, qui a déjà produit une série documentaire sur le sujet, serait intéressé.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi