Publicité

Affaire Houellebecq – Le gros mensonge de France Inter

« Non seulement Claude Askolovitch ment effrontément à l’antenne de la radio
« Non seulement Claude Askolovitch ment effrontément à l’antenne de la radio

Le Point a été épinglé par Claude Askolovitch ce jeudi sur France Inter. En cause, le texte de Michel Houellebecq que nous avons publié dans le numéro de cette semaine, jugé « dégueulasse et indigne du Point » par le chroniqueur qui tient la revue de presse quotidienne. Plus graves sont les accusations que Claude Askolovitch prononce à l'encontre du journal, dont il fut le collaborateur : « Houellebecq ment, et Le Point n'en dit rien », ce qui serait « triste pour ce qui nous reste d'idées ». Dans ce texte qui fut sa première réaction aux menaces de plainte pour racisme de la part de la Grande Mosquée, Houellebecq écrit, à propos de Jean-Paul Sartre : « Mû par une haine de soi justifiée, il a appelé dans un texte demeuré célèbre au meurtre des hommes blancs. » Le texte en question est la préface des Damnés de la Terre, livre anticolonialiste de Franz Fanon écrit en 1961, relue par le journaliste d'Inter qui estime que « pas un instant il n'appelle au meurtre des hommes blancs ». La philosophe Bérénice Levet a elle aussi relu la préface des Damnés de la Terre. Elle en livre une autre interprétation… Voici son texte.

« En le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen, c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre. » La phrase est bel et bien signée de Jean-Paul Sartre, elle figure dans la préface qu'il écrivit pour Les Damnés de la Terre de Franz Fanon qu [...] Lire la suite