Affaire Grégory: l'avocate des époux Villemin prudente, de nouvelles expertises demandées

J. Br.
·2 min de lecture
Maître Marie-Christine Chastant-Morand, avocate de Christine et Jean-Marie Villemin, les parents de Grégory, était l'invitée d'Affaire suivante, ce dimanche 20 décembre 2020. - Brightcove
Maître Marie-Christine Chastant-Morand, avocate de Christine et Jean-Marie Villemin, les parents de Grégory, était l'invitée d'Affaire suivante, ce dimanche 20 décembre 2020. - Brightcove

De nouvelles investigations dans l'affaire Grégory. Plus de trois décennies après les faits, des experts espèrent découvrir de nouveaux éléments grâce à la "stylométrie". Des écrits d'hommes et de femmes gravitant autour des parents de Grégory Villemin à l'époque des faits sont comparés aux lettres du 'corbeau' qu'ils recevaient. Ce rapport "n'est pas déposé dans le dossier" du juge, a déclaré ce dimanche l'avocate des parents de Grégory, Christine et Jean-Marie Villemin, sur le plateau d'Affaire suivante sur BFMTV.

Les avocats qui ont accès à ce dossier ne sont pas nombreux. Ce sont seulement les avocats de Christine et Jean-Marie Villemin (…), puisqu'ils sont parties civiles et ont un accès au dossier (…). Nous n'avons pas ce rapport", qui avait été commandé par l'ancienne juge d'instruction en charge de l'affaire Grégory. "Il devrait incessamment rentrer" dans le dossier, a estimé Marie-Christine Chastant-Morand.

A la différence de la graphologie, qui analyse la forme de l’écriture manuscrite, la stylométrie s’intéresse au style de l’écriture.

La stylométrie est quelque chose de nouveau, qui n'existait pas, qui existe maintenant et je pense que c'est une bonne chose que d'avoir recours aux nouvelles méthodes. Ça sera un élément de plus qui sera au dossier. Maintenant, les résultats, je ne les connais pas, la méthode je ne la connais pas non plus (…), je n'ai pas de réponses à donner", a poursuivi l'avocate.

Neuf profils ADN

Les nouvelles techniques scientifiques permettront-elles de résoudre l'affaire? Les avocats des époux Villemin ont récemment déposé de nouvelles demandes d'investigations. "Il y a neuf profils ADN qui sont dans le dossier et peuvent faire l'objet de comparaisons. Ils sont au cœur de cette affaire puisqu'ils ont été retrouvés sur les vêtements que portait Grégory lorsqu'il a été assassiné, sur l'enveloppe de la lettre de revendication, sur l'embout de la seringue que l'on avait retrouvé, sur le bord de la rivière et également sur deux lettres anonymes du corbeau".

"Nous souhaitons que tout ce qui est possible au niveau scientifique soit fait pour essayer de faire éclater la vérité", a assuré l'avocate, expliquant que des analyses par "morceaux" d'ADN plutôt que par ADN complet ont été demandées.

"On fait souvent des comparaisons avec ce qui présente 100% de similitude, pour l'instant ça n'a rien donné (…). La science évolue et c'est aujourd'hui possible. Ce que nous avons demandé (…) c'est qu'on puisse le faire avec 50% de similitude, dans la parentèle, ce qui double la possibilité de faire des comparaisons et d'identifier quelqu'un".

Article original publié sur BFMTV.com