Publicité

Affaire Gérard Depardieu, une célèbre ex sort du silence pour la première fois : "Il n'est pas un prédateur"

Karine Silla a partagé la vie de Gérard Depardieu, avec qui elle a même une fille, Roxane. Un temps silencieuse face aux nombreuses accusations qui visent l'acteur, elle a décidé de briser le silence et de prendre sa défense.

Depuis les accusations de viols et d'agressions sexuelles dont fait l'objet Gérard Depardieu, et surtout depuis la diffusion du numéro de Complément d'enquête dans lequel il semble sexualiser une petite fille, Gérard Depardieu se fait le plus discret possible. Du côté du monde de la culture, deux camps se dessinent : celui qui estime que la moindre accusation devrait lui coûter sa carrière en appelant au boycottage, et celui qui attend que la justice fasse son travail et opte pour la présomption d'innocence en attendant le verdict d'un juge.

Karine Silla opte pour cette deuxième catégorie. L'actrice et scénariste a partagé la vie de Gérard Depardieu dans les années 90. S'ils n'ont pas été mariés, ils ont eu un enfant ensemble : Roxane Depardieu, née en janvier 92. Après leur séparation, chacun a refait sa vie mais les liens sont restés indéfectibles. C'est en tout cas ce que Karine Silla indique dans une longue interview accordée à Paris Match dans laquelle elle prend également la défense du père de sa fille.

Une prise de parole mesurée

Comme elle le rappelle si bien, Karine Sylla a mis un temps avant de se décider à prendre la parole étant donné sa proximité avec Gérard Depardieu : "J'ai longuement réfléchi avant de m'exprimer. Parce que, comme on sait, il est difficile pour un chirurgien d'opérer son propre enfant ou pour un juge de mener un procès équitable si l'accusé est un membre de sa famille. Gérard Depardieu est...

Lire la suite


À lire aussi

Gérard Depardieu accusé de viol et d'agressions sexuelles, l'acteur sort enfin du silence dans une lettre ouverte
Gérard Depardieu doit être considéré comme "un malade", Marlène Jobert sort du silence
Gérard Depardieu sort du silence, défendu par 50 confrères dans une tribune : "Je trouve ça très..."