Affaire Duhamel: en témoignant, Camille Kouchner "ne s'attendait pas à cet écho-là"

Clarisse Martin
·2 min de lecture

L'autrice de l'ouvrage La Familia Grande, dans lequel elle accuse son ex-beau-père Olivier Duhamel d'inceste sur son frère jumeau, était invitée de l'émission Quotidien ce lundi.

Un peu plus d'un mois après la parution de l'ouvrage La Familia Grande, dans lequel Camille Kouchner accuse son ancien beau-père Olivier Duhamel d'inceste sur son frère jumeau, la juriste était invitée ce lundi sur le plateau de l'émission de TMC Quotidien.

"J'écris dans ce livre ce que me disait mon frère à l'époque: 'Tu vas voir, ils nous croiront mais ils s'en foutront complètement'. Et en effet, ça, c'est une double violence... Lui a eu le courage de parler et puis il s'est heurté à une indifférence. Peut-être que la société, et cette microsociété (le cercle dans lequel évoluaient sa mère et son beau-père, NDLR) n'étaient pas prêts à entendre?", s'est interrogée Camille Kouchner.

"Cet écho-là, je ne m'y attendais pas"

Depuis la parution de l'ouvrage, de nombreux témoignages affluent dans les médias et sur les réseaux sociaux, comme celui de la fille de l'acteur Richard Berry, qui accuse son père d'inceste. Une déflagration que Camille Kouchner n'avait pas anticipé.

"Je m'attendais absolument pas à ça. J'avais le sentiment qu'après le mouvement #MeToo, le livre de Vanessa Springora (autrice du Consentement, paru en 2020, où elle dénonce sa relation sous emprise avec l'écrivain Gabriel Matzneff, NDLR)... que j'allais pouvoir être entendue, mais de là à ce que ce soit cet écho-là, je ne m'y attendais pas", témoigne Camille Kouchner, qui explique recevoir "beaucoup de lettres" depuis la parution du livre.

Dans La Familia Grande, Camille Kouchner explique avoir voulu "raconter des individualités qui ont dévoyé la notion de liberté, mais je ne raconte pas (...) la faillite de la liberté, en tout cas ce n'est pas ce que je veux faire", poursuit-elle.

"Ce que je veux faire, c'est dire qu'il y a quelques individus qui ont surfé sur cette notion de liberté et qui l'ont totalement tordue, et qui ont outrepassé les limites, parce que la liberté a des limites", ajoute l'autrice.

Son ouvrage a également provoqué un débat au sein de la classe politique. Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a notamment déclaré dimanche souhaiter l'instauration d'un seuil de non-consentement à 18 ans pour l'inceste, comme le demandaient des personnalités du monde artistique dans une tribune signée par plus de 50.000 personnes. "J'aurais aimé que ma mère voie ça. Peut-être qu'elle aurait mieux compris", a réagi Camille Kouchner lundi.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :