Publicité

Affaire Depardieu : Aurore Bergé défend Macron tout en dénonçant les propos « odieux » de l’acteur

Ce dimanche 14 janvier, Aurore Bergé, la ministre à l’Egalité entre les femmes et les hommes,  défend Macron dans l’affaire Depardieu, tout en dénonçant les propos « odieux » de l’acteur.
LUDOVIC MARIN / AFP Ce dimanche 14 janvier, Aurore Bergé, la ministre à l’Egalité entre les femmes et les hommes, défend Macron dans l’affaire Depardieu, tout en dénonçant les propos « odieux » de l’acteur.

POLITIQUE - Pour elle, le chef de l’État n’a pas apporté son soutien au monstre du cinéma. La ministre déléguée à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Aurore Bergé, a jugé ce dimanche 14 janvier « odieux » les propos de Gérard Depardieu diffusés en décembre dans un reportage de Complément d’Enquête. Elle a par ailleurs estimé qu’Emmanuel Macron n’a aucunement exprimé du « soutien » à ces paroles misogynes de l’acteur.

Sur Depardieu, Brigitte Macron refuse de commenter les propos du Président mais encourage celles qui parlent

De fait, Emmanuel Macron est critiqué par les associations féministes pour avoir apporté en décembre son soutien à la star de cinéma, mis en examen pour viols et visé par trois plaintes pour agression sexuelle ou viol, des accusations qu’il réfute. Il avait notamment dénoncé une « chasse à l’homme » contre Gérard Depardieu, un « immense acteur » qui « rend fier la France ».

« Il n’y a rien à défendre »

Interrogé dimanche sur LCI sur ce soutien du chef de l’État, Aurore Bergé a affirmé ne pas avoir « entendu le président de la République, à aucun moment, dire que les propos qui avaient été tenus par Gérard Depardieu méritaient un quelconque soutien et une quelconque défense ».

« Les propos qu’il (Gérard Depardieu, ndlr) a tenus dans une émission sont des propos qui sont odieux, inacceptables. Point. Il n’y a rien à défendre dans les propos qui ont été les siens et personne ne les a défendus, personne évidemment dans le gouvernement, ni le président de la République », a ajouté la ministre. « La question, c’est surtout comment on agit » sur les féminicides et sur les agressions sexuelles, a-t-elle souligné.

Interrogé sur le même sujet sur BFMTV, le secrétaire national des communistes Fabien Roussel a pour sa part estimé que « le président de la République a commis une faute grave » en affichant son soutien à Gérard Depardieu. « Il a voulu faire diversion au lendemain du vote sur l’immigration », a-t-il affirmé.

Des manifestations initiées par des associations féministes ont eu lieu dans plusieurs villes de France jeudi soir contre le soutien affiché à Gérard Depardieu par Emmanuel Macron, également critiqué après l’annonce du nouveau gouvernement en raison de l’absence de femmes aux postes régaliens.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour renouer avec les Français, Macron va se plier à un exercice plutôt inhabituel (pour lui) ce mardi

Remaniement : Pourquoi les alliés de Macron se rebiffent (mais pas trop) après le gouvernement Attal