Affaire Agnel : la victime présumée est passée par un état dépressif

·1 min de lecture
Yannick Agnel a reconnu la « matérialité des faits » qui lui sont reprochés.
Yannick Agnel a reconnu la « matérialité des faits » qui lui sont reprochés.

Yannick Agnel a été mis en examen pour « viol et agression sexuelle sur mineure de 15 ans » le 11 décembre dernier, pour des faits remontant à 2016, quand le nageur avait 24 ans et sa victime présumée, Naome Horter, en avait 13. Un mois et demi après, les avocats de la plaignante ont décidé de prendre la parole pour expliquer le cheminement de la jeune femme qui a déposé plainte cinq ans après les faits énoncés. Dans L'Équipe, Me Thomas Wetterer a notamment expliqué l'état dépressif par lequel sa cliente est passée, à partir de fin 2020, après avoir recroisé Yannick Agnel dans les coulisses des championnats de France à Saint-Raphaël.

Fin 2020, Naome Horter a commencé à changer d'attitude et à se refermer sur elle-même, selon Me Watterer, qui déclare : « Elle arrête complètement la natation, dit : “Je ne veux plus en entendre parler.” Petit à petit, son entourage lui demande ce qui se passe car elle se renferme, passe des heures dans sa chambre. » À force de discussions, la jeune femme finit par se confier et dire : “Il y a eu un problème avec Yannick, mais je ne veux pas en parler.” Naome Horter aurait ensuite sombré dans l'anorexie et la dépression, parvenant finalement à se décider à porter plainte à l'été 2021, après un long travail avec un psychiatre.

« Elle n'avait aucune conscience de sa sexualité »

Me Isabelle Rollet, la deuxième avocate de Naome Horter, a également pris la parole dans L'Équipe, estimant « qu'il n'y [avait] jamais eu de consentement [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles