Publicité

Adultes et seniors : quels objectifs d’activité physique ?

On le sait, pratiquer une activité physique est essentiel tout au long de la vie pour rester en bonne santé. Mais laquelle et à quelle fréquence ? Vélo d’appartement, marche ou yoga… On vous indique les objectifs physiques recommandés pour les adultes et les séniors en fonction de vos besoins. Alors à vos tapis !

Le temps de sédentarité ne cesse d’augmenter, parallèlement aux temps d’écran. L’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) fait un constat alarmant : 80% des adultes passent au moins trois heures par jour devant un écran, hors activité professionnelle. “Et seuls 5% ont une activité physique suffisante pour être protectrice,” déplore l’ONAPS.

Pourtant, sédentarité et manque d’exercice représentent deux facteurs de risque de maladies chroniques. Alors comment y remédier ? Qu’il s’agisse du vélo d’appartement, du rameur ou du taï-chi, à chaque activité, sa cible. Mais pour déterminer laquelle pratiquer et dans quelles conditions, encore faut-il connaître ses propres besoins.

Distinguer sédentarité et manque d’activité physique

D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), "95% de la population française adulte est exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou par sédentarité", deux notions à distinguer. D’une part, le comportement sédentaire se mesure au temps passé en position assise ou couchée. Et d’autre part, l’activité physique est caractérisée par la durée et l’intensité des exercices pratiqués, qui est mesurée en MET pour "Metabolic Equivalent of Task" (lire l'encadré ci-dessous).

Le risque de développer une maladie est d’autant plus grand que ces comportements sont cumulés. Ce qui n’est pas rare puisque plus d’un Français sur trois allie une sédentarité importante et une activité physique insuffisante. Leur taux de mortalité et de morbidité s’en trouvent alors accrus. "Par exemple, [ces personnes] sont davantage exposées aux maladies cardiovasculaires et à certains cancers. Elles sont également plus à risque d’hypertension ou d’obésité. D’une façon générale, les risques associés à l’inactivité et à la sédentarité sont majorés lorsqu’ils sont cumulés", explique le professeur Irène Margaritis, cheffe de l'Unité d'évaluation des risques liés à la nutrition à l’Anses. Comment y remédi[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi