Publicité

Adrien Quatennens « regrette » sa ligne de défense dans son affaire de violences conjugales

Adrien Quatennenes sur France 2 ce mercredi 7 février.
Capture France 2 Adrien Quatennenes sur France 2 ce mercredi 7 février.

POLITIQUE - Sa défense avait suscité un tollé, y compris chez LFI. Invité sur France 2 ce mercredi 7 février, le député insoumis Adrien Quatennens est revenu sur sa riposte médiatique après avoir été mis en cause dans l’affaire de violences conjugales sur son ex-épouse à l’automne 2022. Un grand déballage sur BFMTV, dans lequel le parlementaire se posait en victime, à rebours des discours féministes portés par sa famille politique.

Regrettant d’abord d’avoir « levé la main » contre son ex-épouse, l’élu du Nord s’est aussi repenti de son discours. « « Ce que je regrette aussi, c’est d’avoir mal compris que certains mots pour ma défense étaient mal choisis. Aujourd’hui je ne les redirais pas », a admis Adrien Quatennens, en se livrant à un exercice de contrition médiatique qui tranche avec l’offensive qu’il avait menée au moment des faits.

« Ce que je ne regrette pas, en revanche, c’est d’avoir été honnête », a-t-il poursuivi, précisant avoir suivi « un stage de sensibilisation aux violences intrafamiliales » à la demande de La France insoumise. « J’ai appris, j’ai travaillé, j’ai compris », a-t-il assuré, appelant à « défaire certains mécanismes qui sont intériorisés en nous, notamment des mécanismes sexistes ».

« Mais la conclusion que j’en tire, c’est aussi que chacun peut s’améliorer. » Adrien Quatennens avait rejoint les bancs de l’Assemblée nationale un mois à peine après sa condamnation pour violences conjugales. Exclu pendant quatre mois de son groupe, son retour dans celui-ci avait été publiquement dénoncé par plusieurs députées du mouvement. Actif sur les réseaux sociaux, il se tenait jusqu’alors à une diète médiatique stricte.

À voir également sur Le HuffPost :

Cette députée convoque Chandler et Jean-Claude Dusse pour défendre Gabriel Attal

Gabriel Attal n’a pas la même version qu’Élisabeth Borne de « l’arc républicain » (et ça compte)