Publicité

Adaptation au changement climatique : la Cour des comptes demande une stratégie claire face au "mur d'investissements"

La Cour des comptes se félicite d'une "prise de conscience" de l'urgence de s'adapter au changement climatique mais demande à l'État de jouer plus clairement son rôle de stratège et de mieux chiffrer les efforts budgétaires nécessaires, face "au mur d'investissements".

Dans le rapport annuel, sur plusieurs centaines de pages, les magistrats soulignent "la nécessité que l'action publique en faveur de l'adaptation au changement climatique soit transparente, cohérente et efficiente".

"Il faut connaître, informer, chercher, financer et planifier"

Une exigence qui se décline en 16 chapitres allant de l'immobilier aux cultures céréalières, du rôle des banques à l'avenir du réseau électrique... Et qui concerne aussi bien l’État que de grandes entreprises publiques, comme la SNCF et EDF, qui doivent adapter le réseau ferré ou les centrales nucléaires à des températures toujours plus élevées à long terme.

"Nous constatons un kaléidoscope de réponses, de plus ou moins grande qualité", relève le premier président de la Cour des comptes Pierre Moscovici. Mais elles "ne sont pas articulées, d'où l’impératif de planifier. [...] Il faut connaître, informer, chercher, financer et planifier", résume-t-il.

Au micro de France Culture mardi matin, Pierre Moscovici a jugé qu'il faut "nous désendetter de manière intelligente pour investir et pour faire face aux défis du futur. Et le premier défi, encore une fois, c'est la transition écologique".

Les grandes entreprises publiques, comme la SNCF et EDF, doivent adapter le réseau ferré ou les centrales nucléaires à des températures toujours plus élevées à long terme (AFP/Archives - Emmanuel DUNAND)
Les grandes entreprises publiques, comme la SNCF et EDF, doivent adapter le réseau ferré ou les centrales nucléaires à des températures toujours plus élevées à long terme (AFP/Archives - Emmanuel DUNAND)

"L'évaluation des coûts actuels et futurs de l'adaptation est lacunaire, voire inexistante"

"Si on veut s'adapter au changement climatique, si on veut atténuer les impacts du changement climatique, il faut des investissements publics et privés massifs", a-t-il ajouté, évoquant "un mur d'investissements".

"Dans certains domaines, l’État ne joue pas correctement son rôle de stratège, qui consiste notamment à fixer des objectifs et à définir une trajectoire pour les atteindre", regrettent les auteurs dans le rapport annuel.

"L'évaluation des coûts actuels et futurs de l'adaptation est lacunaire, voire inexistant[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi