Les actions en mode pause après des records en série

par Patrick Vignal
LES BOURSES EUROPÉENNES VARIENT PEU À MI-SÉANCE

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Wall Street est signalée en léger repli et les principales Bourses européennes varient peu lundi à mi-séance, les investisseurs s'accordant une pause après des records en série pour les marchés d'actions.

Les contrats à terme signalent une ouverture des indice de référence de la Bourse de New York en baisse de 0,1% à 0,2% après les records inscrits vendredi par le Dow Jones et le S&P-500, portés par plusieurs indicateurs économiques robustes.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,35% à 6.308,84 points vers 10h15 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,06% et à Londres, le FTSE gagne 0,11%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est quasiment inchangé (+0,01%), l'EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,05% et le Stoxx 600 avance de 0,14%.

Ce dernier indice et le Dax ont à nouveau atteint des records dans les premiers échanges, respectivement à 443,61 et 15.501,84, la confiance des marchés dans la reprise ayant été confortée dernièrement par des statistiques macroéconomiques robustes, la poursuite de la vaccination, le soutien des banques centrales et des résultats de sociétés globalement supérieurs aux attentes, en Europe comme aux Etats-Unis.

"Les premiers résultats des entreprises semblent bien vérifier le très fort rebond attendu des profits au T1 2021 comparé à l'année dernière", souligne Sebastian Paris-Horvitz, directeur de la recherche chez LBPAM.

"Ceci est de bon augure pour soutenir encore le marché et alimenter de prévisions solides pour la plupart des économies développées, notamment américaine", ajoute-t-il.

La séance du jour est calme mais le reste de la semaine devrait être plus animé avec de nombreux résultats d'entreprises, dont ceux de Netflix, Johnson & Johnson, Renault ou Kering, ainsi que la réunion de la Banque centrale européenne, jeudi.

Cette dernière devrait réitérer son message de prudence, dit-on chez Allianz Global Investors, où l'on ne s'attend pas à des annonces spectaculaires susceptibles d'ébranler les marchés.

VALEURS EN EUROPE

Le secteur de la distribution (+0,82%) affiche la plus forte hausse dans les premiers échanges devant celui des transports et des loisirs (+0,61%)

Dans l'actualité des résultats, Faurecia (-1,96%) a effacé ses gains après avoir pris jusqu'à 1,5% à l'ouverture en réaction à la croissance de ses ventes au premier trimestre.

La banque ABN Amro gagne 1,7% après avoir annoncé qu'elle s'acquitterait d'une amende de 480 millions d'euros pour mettre fin à des poursuites pénales ouvertes par le ministère public néerlandais qui l'accusait de blanchiment d'argent.

Danske Bank, de son côté, recule de 0,73% après la démission de son directeur général, cité dans l'affaire ABN Amro dont il fut membre du conseil d'administration.

A Milan, l'action de la Juventus gagne près de 13% après l'annonce de la création d'une nouvelle compétition, la "Super Ligue", par 12 des plus grands clubs européens de football, destinée à concurrencer la traditionnelle Ligue des champions en dépit d'une vaste opposition au sein du milieu du football.

A WALL STREET

Une pause se dessine également à la Bourse de New York, où l'indice Dow Jones a gagné vendredi 0,48% à 34.200,67 points. Le S&P-500, plus large, a pris 0,36% à 4.185,47 points et le Nasdaq Composite a avancé de 0,10% à 14.052,34 points.

TAUX/CHANGES

L'apaisement se confirme par ailleurs sur le marché des emprunts d'Etat, où le rendement des Treasuries à dix ans cède 1,4 point de base, à 1,5588%. Son équivalent allemand est inchangé à -0,264%

Sur le marché des changes, le dollar perd du terrain face à un panier de devises internationales, ce qui permet à l'euro de dépasser 1,20 dollar pour la première fois depuis un mois et demi.

Le bitcoin se calme lui aussi (+0,5%) après avoir perdu dimanche jusqu'à plus de 14% en raison de plusieurs facteurs dont des spéculations autour des inquiétudes du Trésor américain sur le rôle des cryptomonnaies dans le blanchiment d'argent et une panne d'électricité dans la région chinoise du Xinjiang qui alimente une grande partie de l'activité de "minage".

PÉTROLE

Le pétrole recule en raison des craintes croissantes que la multiplication des cas de contamination par le coronavirus en Inde et dans d'autres pays entraîne un renforcement des restrictions et affecte la demande en ressources de base.

Le baril de Brent perd 0,31% à 66,56 dollars et le brut léger américain cède 0,22%, sous 63 dollars.

AUCUN INDICATEUR ÉCONOMIQUE MAJEUR À L'AGENDA DU JOUR

(édité par Jean-Stéphane Brosse)