Acheter une maison en Italie pour 1 euro : du rêve à la réalité

Photo Pixabay/cc

Lancée en 2017 en Italie, l’opération “Case 1 euro”, imaginée par les pouvoirs publics pour lutter contre la désertification des zones rurales et préserver le patrimoine bâti, a fait sensation. “Alors que ces logements à l’abandon étaient situés dans de minuscules localités réparties dans tout le pays, l’idée a séduit des acheteurs du monde entier”, rapporte le quotidien britannique The Independent. En réalité, de nombreux amateurs étrangers ont préféré payer plus pour tenter de limiter le coût de la rénovation. “Mais il n’est pas rare de pouvoir acheter une maison dans un beau village préservé pour moins de 50 000 euros, ce qui reste une bonne affaire.”

“C’est le village où mes grands-parents ont grandi !”

L’Américaine Meredith Tabbone a payé la sienne 5 555 euros et elle est aujourd’hui très heureuse d’avoir pu acquérir cette petite maison à Sambuca (6 000 habitants), à une soixantaine de kilomètres de Palerme. “Il n’y avait ni eau courante ni électricité et plus de fenêtres. Mais c’est ici que mes grands-parents ont grandi.”

Pour rénover sa maison, Meredith a commencé par se fixer un budget : 35 000 euros. Puis elle a pris contact avec un architecte local. Trois ans plus tard, le budget initial a été largement dépassé – d’autant que Meredith a aussi acheté la maison voisine. “Si je voulais construire une maison à Chicago, je paierais plus de 2 millions de dollars. À Sambuca, elle va me coûter 200 000 dollars.” Son projet : passer un mois sur trois en Sicile.

“Nous avons trouvé la maison sur Google”

Les deux sœurs Beckie et Laura Stephenson avaient un peu d’argent à investir, mais pas assez pour acheter à Londres. “J’ai tapé sur Google : ‘Où est le meilleur endroit pour investir dans l’immobilier ?’ Et le moteur de recherche a tout de suite répondu : en Sicile.”

D’autres recherches sur Google ont orienté Beckie et Laura vers Cianciana, un village de 3 000 habitants dans l’ouest de l’île où plusieurs maisons étaient à vendre. Il n’a pas fallu plus d’un week-end sur place – en pleine pandémie – pour qu’elles se décident. Et moins d’un an plus tard elles sont officiellement devenues propriétaires d’une petite maison d’un étage à Cianciana. Coût réel de l’opération : 9 000 euros – c’est l’agence immobilière locale qui s’est occupée de tout.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles