Publicité

Accusé de viols et violences par Judith Godrèche, Benoît Jacquot sort du silence : "Cette histoire me fait plutôt sourire"

Discret depuis que Judith Godrèche dénonce publiquement la relation d’emprise qu’il lui aurait fait subir alors qu’elle n’avait que 14 ans, Benoît Jacquot vient de prendre la parole pour nier les faits… et expliquer son ressenti face à cette affaire qui fait désormais l’objet d’une plainte.

"Si un homme de 40 ans approche ma fille, je le tue". Voilà ce que déclarait en décembre dernier Judith Godrèche dans Elle en racontant pour la première fois sa "relation" avec Benoit Jacquot. Une "histoire" qui a duré 6 ans et qui a démarré alors qu’elle n’avait que 14 ans après le tournage d’un film dans lequel il la dirigeait. "C’est parce que j’ai une fille adolescente que je parviens à réaliser ce qui m’est arrivé, à me dire que j’ai navigué seule dans un monde sans règles ni lois", expliquait aussi la comédienne qui a évoqué ce traumatisme dans sa série d’Arte Icon of French Cinema.

Après avoir dénoncé à plusieurs reprises, sur les réseaux sociaux, les faits dont elle a été victime, Judith Godrèche aurait pris la décision de saisir la justice. Selon Le Monde, la comédienne et réalisatrice aurait porté plainte contre Benoit Jacquot pour "viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans" même si les faits sont prescrits. Rencontré par nos confrères, Benoît Jacquot nie fermement les accusations portées à son encontre. "Je me sens très loin, étranger à tout ça", répond-t-il lorsque le quotidien lui a rappelé ces mots qui le décrivent désormais "emprise, crime et pédophilie". "Cela ne m’empêche pas de dormir, cela me fait même plutôt sourire. Je ne me sens pas directement concerné", affirme-t-il en regrettant "la confusion entretenue par sa chère Judith entre matière à tabloïd, qui ne l’intéresse pas, et débat de société qui l’intéresse".

Le réalisateur,...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

VIDÉO - Violences sexuelles : Judith Godrèche a porté plainte contre le réalisateur Benoît Jacquot

A lire aussi