Accusé de viol à Barcelone, Dani Alves aurait été trahi par l’un de ses tatouages intimes

Daniel Alves avec le FC Barcelone, le 13 mars 2022. - JOSEP LAGO / AFP
Daniel Alves avec le FC Barcelone, le 13 mars 2022. - JOSEP LAGO / AFP

Dani Alves dort en prison depuis vendredi dernier et son incarcération à Barcelone. Une femme de 23 ans l’accuse de l’avoir violée dans une boîte de nuit de la ville catalane durant la nuit du 30 au 31 décembre. Et son témoignage serait particulièrement détaillé. Selon El Mundo, la plaignante aurait clairement identifié un tatouage intime du footballeur brésilien, qui passait quelques jours de vacances à Barcelone après le Mondial 2022. Il s’agit d’un croissant de lune qui recouvre une partie de l’abdomen d’Alves, près de ses parties de génitales. La jeune femme assure l’avoir vu lorsque son agresseur l’a forcée à lui faire une fellation dans les toilettes de l’un des salons VIP de l’établissement nocturne.

Lors de sa déclaration au juge, Dani Alves aurait d’abord expliqué que son accusatrice se serait jetée sur lui alors qu’il était assis sur la cuvette des toilettes. Mais elle n’aurait alors pas pu voir son fameux tatouage qui était recouvert par sa chemise. Face à cette incohérence, relevée par le juge, l’ex-latéral droit du Barça et du PSG aurait alors changé sa version, en affirmant qu’il s’était levé lorsque la jeune femme est entrée et que c’est à ce moment-là qu’elle a pu apercevoir le croissant de lune sur sa peau.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une amie de la victime assure qu’Alves lui a touché les parties intimes

Ces hésitations, couplées aux images des caméras de surveillance et au témoignage précis de la victime (qui ne réclame pas d’indemnités), auraient incité le juge à placer la star de la Seleçao derrière les barreaux. Avec la crainte qu’il parte se réfugier au Brésil, d’où son extradition ne serait pas possible en Espagne. El Mundo révèle aussi qu’une amie de la victime, qui l’accompagnait dans la boîte de nuit, aurait confié aux enquêteurs que Dani Alves lui avait fait des avances et lui avait même touché les parties intimes durant la soirée.

D’abord placé dans la prison Brians 1, l’ancien joueur du club des Pumas (Mexique), qui a annoncé la fin de son contrat en marge de cette affaire, a été transféré lundi à Brians 2, un autre centre pénitentiaire de Barcelone. Pour sa sécurité et plus de confidentialité. Le footballeur le plus titré de l’histoire (43 trophées), qui nie les faits dont il est accusé, avait été pris en photo par d’autres détenus peu après son incarcération.

Article original publié sur BFMTV.com