Publicité

Absent des rencontres de Saint-Denis, Ciotti accuse Macron de "nourrir" la crise démocratique

Présent aux premières rencontres de Saint-Denis cet été, Éric Ciotti justifie son choix de boycotter le second rendez-vous organisé par Emmanuel Macron avec les oppositions.

Le patron des Républicains Éric Ciotti, qui a refusé de participer ce vendredi 17 novembre aux deuxièmes "rencontres de Saint-Denis", accuse Emmanuel Macron de "nourrir" la crise démocratique dans une lettre ouverte dont l'AFP a obtenu copie.

"Vous êtes le président de la République française et vous devez en respecter les institutions", écrit le député des Alpes-Maritimes, dont l'absence à Saint-Denis a été décriée par le chef de l'État comme "une faute politique".

Après avoir "accordé le bénéfice du doute" lors des premières rencontres organisées le 30 août, Éric Ciotti refuse désormais d'être "caution d'une nouvelle séquence de narration qui n'aboutira à rien", fustigeant une "obsession du palabre sans lendemain".

"Initiatives extérieures au champ institutionnel"

"En démultipliant les initiatives extérieures au champ institutionnel, vous participez à les affaiblir et à nourrir la crise de la démocratie", prévient le patron des Républicains, qui appelle Emmanuel Macron à "faire usage" des prérogatives que lui accorde la Constitution. La discussion "doit être publique, soit au Parlement, où le peuple délègue ses représentants, soit directement avec le peuple lui-même par référendum", ajoute Éric Ciotti qui demande à la majorité présidentielle de soutenir la "proposition de révision" que propose LR pour consulter le peuple sur l'immigration.


Outre Éric Ciotti, Olivier Faure (Parti socialiste) et Manuel Bompard (La France Insoumise) ont opté cette fois pour la politique de la chaise vide à Saint-Denis.

LR présent à travers Gérard Larcher

Côté opposition, seuls Marine Tondelier (EELV), Fabien Roussel (Parti communiste), Jordan Bardella (Rassemblement national), Hervé Marseille (UDI) et Guillaume Lacroix (PRG) ont accepté d'honorer le rendez-vous présidentiel.

Les Républicains seront néanmoins représentés par le président du Sénat Gérard Larcher, invité au même titre que la présidente de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet.

Le chef de l'État pourra aussi compter sur ses alliés François Bayrou (MoDem), Édouard Philippe (Horizons) et Laurent Hénart (Parti radical). Le parti présidentiel, Renaissance, sera représenté par son secrétaire général Stéphane Séjourné.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Marche contre l’antisémitisme à Paris : "il y avait besoin d’un moment français"