Publicité

Absence de pluie : des restrictions d'eau inédites se profilent en France

"La France est en état d’alerte" et "on a environ deux mois de retard de remplissage" des nappes, a reconnu le 22 février Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique.

La France pourrait connaître de nombreuses restrictions d'eau dès le mois de mars, inédites si tôt dans l'année, après un nouveau record de 32 jours sans pluie et un hiver très sec qui ont mis en péril le rechargement des nappes phréatiques, déjà épuisées par la sécheresse historique de 2022.

"La France est en état d’alerte" et "on a environ deux mois de retard de remplissage" des nappes, a reconnu le 22 février sur Franceinfo Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique, en première ligne pour gérer les tensions sur l'usage de l'eau entre agriculture, production électrique, loisirs et écosystèmes. Lundi prochain, le ministre doit réunir des préfets afin de "prendre des mesures de restriction qui soient 'soft', dès le mois de mars, pour éviter de se retrouver dans des situations catastrophiques d’arbitrage" à l'approche de l'été.

Un "plan Eau" qui se fait attendre

Pendant ce temps, les Pyrénées-Orientales sont en alerte sécheresse depuis juin, rejoints par le Var depuis le 17 février. Et dans les Landes, le 21 février, un millier d'agriculteurs ont manifesté préventivement pour défendre leurs quotas de prélèvement et la construction d'ouvrages pour stocker l'eau. "Il n'y a pas d’agriculture sans eau", a redit le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau, devant des journalistes, confirmant que 60 nouveaux projets d’ouvrages hydrauliques à vocation agricole allaient être "mis en service d'ici à juin". Or ces projets suscitent de vives tensions avec les militants écologistes, qui réclament de repenser le modèle agricole pour s'adapter au changement climatique.

L'heure est donc aux économies d'eau, un thème sur lequel la France fait figure de mauvais élève. "On a eu une culture de l’abondance", a encore déclaré le ministre Béchu, avec "moins de 1% de nos eaux usées retraitées", alors qu'elles "sont réutilisées 10 fois plus en Italie, 20 fois plus en Espagne" et près de 85 fois plus en Israël. Côté distribution, "20% de notre eau potable part dans des fuites e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi