Publicité

"8000 euros net, c'est très bien mais..." : ce que Roselyne Bachelot reproche au salaire des ministres

Figure emblématique du paysage politique et médiatique français, Roselyne Bachelot est principalement connue pour avoir occupé plusieurs postes importants au sein du gouvernement français durant sa carrière. Elle fut notamment ministre de la Santé durant le second mandat de Jacques Chirac à la tête du pays. Après une reconversion en tant que chroniqueuse et animatrice à la télévision et en radio, Roselyne Bachelot fut nommée ministre de la Culture au sein du gouvernement dirigé par l'ancien Premier ministre Jean Castex. Un poste qu'elle n'a pas conservé suite au dernier remaniement.

Désormais éditiorialiste politique sur les antennes de BFMTV et RTL, Roselyne Bachelot est actuellement en pleine promotion de son dernier livre, intitulé 682 jours. Au sein de cet ouvrage, l'ancienne ministre de la Culture raconte justement son passage à la tête de ce ministère. Pas avare en révélations, Roselyne Bachelot a notamment descendu en flèche certains artistes, comme par exemple Benjamin Biolay. Celle qui fait également partie des sociétaires de Laurent Ruquier au sein des Grosses Têtes a accordée une interview au Parisien vendredi 6 janvier 2023. Au cours de cet entretien, Roselyne Bachelot a notamment révélé le salaire qu'elle percevait chaque mois en tant que ministre de la Culture.

Si on ne se satisfait pas de 8000 euros net par mois, soit plus de 4x le salaire médian, c'est qu'on a pas l'intérêt public chevillé au corps. Finalement c'est un bon filtrage. (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"Un moment de solitude extrême" : Apolline de Malherbe revient sur son clash avec Gérald Darmanin
"Une fragilité profonde" : les confidences d'Emmanuel Macron sur une interview qui l'a beaucoup touché
Emmanuel Macron rigole au sujet de son couple avec Brigitte face à des journalistes
"Cinq boîtes" : Carla Bruni se confie sur cette dangereuse addiction alimentaire qui aurait pu ruiner sa santé
Emmanuel Macron au tribunal : le président se retrouve sur le banc des victimes dans un procès