10 morts dans le déraillement d'un TGV d'essai en Alsace

Libération.fr
La rame accidentée du TGV d'essai sur le nouveau tronçon de ligne TGV Est, à Eckwersheim au nord de Strasbourg.

Au moins 10 personnes sont mortes samedi dans le déraillement d’une rame d’essai d’un TGV à Eckwersheim, près de Strasbourg, selon un nouveau bilan communiqué par la préfecture d’Alsace. Au total, 49 techniciens se trouvaient dans cette rame qui effectuait des essais sur la nouvelle voie à grande vitesse devant être mise en service au printemps 2016, a ajouté cette source, sans préciser le nombre de blessés. Le train aurait «déraillé en raison d’une vitesse excessive», avait auparavant indiqué Dominique-Nicolas Jane, directeur de cabinet du préfet d’Alsace. Selon les gendarmes, les raisons du déraillement n’étaient pas déterminées samedi après-midi.

Sur place, la rame argentée du train était visible, couchée au bas d’un pont dans un canal large d’une quarantaine de mètres, ont constaté des journalistes de l’AFP. Le centre de la rame était couché sur les berges du canal, la tête motrice dans l’eau. Une équipe de plongeurs de la gendarmerie, des hélicoptères de la sécurité civile, ainsi que plusieurs dizaines de véhicules de secours, ont été dépêchés sur les lieux de l’accident.

Un grand panache de fumée noire a été vu à plusieurs kilomètres à la ronde par des témoins, notamment à Vendenheim, une commune proche d’Eckwersheim, où est implantée une vaste zone commerciale en périphérie de Strasbourg. L’accident s’est produit dans une zone dépourvue d’habitations.

Le secrétaire d’État chargé des Transports Alain Vidalies, ainsi que sa ministre de tutelle Ségolène Royal sont attendus sur place.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Attaques de Paris : qui sont les victimes
Hommages spontanés place de la République, à Paris
«C’est terrible de subir cette attente. Tu ne sers à rien»
A Pontivy, une manifestation anti-immigration dégénère
Attaques de Paris : le point sur l'enquête ce dimanche