Publicité

465 000 euros d'amende : deux tribunaux ont jugé que ce film de science-fiction était un plagiat

Slobodan Pikula / EuropaCorp
Slobodan Pikula / EuropaCorp

Dans Lock Out (2012), un homme condamné à tort pour complot d’espionnage contre les États-Unis (Guy Pearce) se voit offrir une seconde chance : il retrouvera sa liberté s’il arrive sauver la fille du président (Maggie Grace) d’une prison spatiale. Voilà une intrigue qui semble plutôt originale mais si vous êtes un fervent fan de science-fiction, cela devrait vous rappeler un autre film du genre…

En effet, cette intrigue ressemble étrangement à celle de New York 1997 (1981) de John Carpenter, avec Kurt Russell en tête d’affiche. Près de 30 ans se sont écoulés entre les deux longs métrages mais nous n’avons pas oublié ce classique des années 80 pour autant. Bien qu’il arrive souvent que des productions hollywoodiennes comportent des similitudes et soient accusées de plagiat – comme c’est le cas de la série Le Seigneur des Anneaux d’Amazon –, cette affaire a, quant à elle, été portée devant les tribunaux et s’est soldée par une amende.

JOHN CARPENTER VS LUC BESSON

Si Lock Out est réalisé par Stephen St. Leger et James Mather, Luc Besson a été très présent dans le développement du projet. En tant que producteur, il a non seulement pris part à certaines décisions mais il a également inventé l’histoire, comme le précise le générique du film. Cependant, John Carpenter, estimant que l’intrigue ressemblait trop à celle de son film de 1981 et de sa suite, Los Angeles 2013, a décidé de le poursuivre en justice.

Lire la suite sur AlloCiné

Luc Besson : "La justice m’a déclaré par quatre fois non coupable"... Il s'exprime pour la 1ère fois après les accusations de viol

John Carpenter de retour derrière la caméra après treize ans d'absence : mais qu'a-t-il fait depuis 2010 ?

Téléfilm de Noël : que vaut Coup de foudre en cadeau de Noël avec Teri Hatcher (Desperate Housewives) ?

"Inégalable", "une pure merveille" : noté 4,5 sur 5, c'est le meilleur film de Ridley Scott

Minority Report : faites pause à 22 minutes et 17 secondes, cette réplique a dû être tournée plus de 50 fois !

Minority Report sur Arte : les prédictions du film existent désormais dans la réalité !