Il y a 40 ans, le premier spationaute français s'envolait pour les étoiles

Le 24 juin 1982, Jean-Loup Chrétien décollait de Baïkonour pour rejoindre la station spatiale soviétique Saliout. Il devenait le premier Français à voler dans l'espace, ouvrant la voie, en plein regain de Guerre froide, à une intense coopération scientifique entre Paris et Moscou.

Sa mission s'appelait "PVH" ("premier vol habité") : un séjour de huit jours en orbite à bord de Saliout 7, ancêtre de la station Mir. Hôte de l'équipage permanent, Jean-Loup Chrétien était le premier visiteur étranger à ne pas venir d'un pays communiste, et le premier spationaute Français. Tout un symbole. Mais lui avait la tête ailleurs le jour du décollage depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. "Vous ne pensez pas à ça. Mon état d'esprit, c'était la fin d'une épreuve de patience, l'aboutissement d'un rêve... et tellement d'excitation", raconte à l'AFP l'ex-astronaute, aujourd'hui âgé de 84 ans.

La fusée Soyouz T-6 s'élance du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, le 24 juin 1982 (AFP/Archives - -)
La fusée Soyouz T-6 s'élance du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, le 24 juin 1982 (AFP/Archives - -)

Il se souvient de ce "moment choc" où s'est élancée la fusée Soyouz, à bord de laquelle il s'était installé avec Alexandre Ivanchenkov et Vladimir Djanibekov. "Après deux ans d'entraînement, deux semaines de quarantaine... Tout est allé si vite !" "En moins de dix minutes, je me suis retrouvé en orbite, je découvrais les charmes de l'apesanteur. Par le hublot, j'ai vu la Terre... c'était un spectacle inoubliable", confie-t-il, encore ému.

Rêve d'enfance

Pilote de chasse, il avait alors 44 ans. Enfant, le terrain d'aviation de Morlaix (Finistère), près duquel il habitait, avait fait naître en lui une "fascination pour la 3e dimension".

Les Français Jean-Loup Chrétien (à droite) et Patrick Baudry à l'entraînement dans une réplique du Soyouz, le 24 octobre 1981 à la Cité des étoiles près de Moscou (AFP/Archives - Georges BENDRIHEM)
Les Français Jean-Loup Chrétien (à droite) et Patrick Baudry à l'entraînement dans une réplique du Soyouz, le 24 octobre 1981 à la Cité des étoiles près de Moscou (AFP/Archives - Georges BENDRIHEM)

Les albums de Tintin "Objectif Lune" et "On a marché sur la Lune" ancrent cette passion pour le ciel. Et quand Youri Gagarine devient le premier humain à voler dans l'espace (1961), l'étudiant à l'Ecole aéronautique de Salon-de-Provence se fixe l'ambition de devenir astronaute. Mais l'Armée de l'air ne le retient pas dans sa sélection. "A 41 ans, j'étais trop vieux". Il se présente alors en candidat libre, franchit les différente[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles