Publicité

31°C à Bourges, 28°C à Paris... Un pic de chaleur attendu en fin de semaine en France

Les prévisions de Météo-France pour ces prochains jours laissent présager une nette hausse des températures avec un vent de sud sur une large partie du pays. Un pic de chaleur, largement au dessus des normales de saison, pourrait être enregistré dans plusieurs villes de France ce samedi 6 avril.

L'été pointe-t-il déjà le bout de son nez? 28°C à Paris, 27°C à Bordeaux... Les températures vont faire un bond dans les prochains jours et pourraient frôler les 30°C ce samedi 6 mars, selon les prévisions de Météo-France. Ce mardi 2 avril pourtant, les maximales n'atteindront "que" 12 à 16°C au nord et jusqu'à 20 ou 21°C au pied des Pyrénées et près de la Méditerranée.

Elles vont progressivement se situer au-dessus des normales de saison. Dès jeudi, les 20°C seront atteints sur toute la moitié sud du pays. Une première "nuit tropicale" pourrait être observée dans le sud-ouest, du côté de Biarritz, entre jeudi et vendredi.

Jusqu'à 31°C à Bourges?

Ce vendredi 5 avril, le mercure pourra monter jusqu'à 28°C sur la côte basque et en Nouvelle-Aquitaine (27°C à Bordeaux, 24°C à Limoges).

Mais c'est bien samedi que la chaleur gagnera tout le pays. Le thermomètre pourrait afficher jusqu'à 31°C à Bourges, dans le Centre Val-de-Loire. 29°C sont également annoncés à Tarbes dans le sud-ouest.

Cela s'explique par une masse d'air chaud "qui remonte de l'Équateur, de l'Afrique du Nord, qui va travers la péninsule ibérique et gagner quasiment toute la France", explique Patrick Marlière, météorologue chez Medias-Weather.

À Paris, le mercure pourrait atteindre 28°C. Les températures seront également très fortes pour un début avril à Tours (25°C), à Auxerre (27°C) ou encore à Lyon (24°).

"Plus chaud que la normale"

L'arrivée de la pluie dans l'ouest du pays dimanche permettra de faire chuter ces températures. Dans la semaine suivante, elles seront encore légèrement supérieures aux normales de saison, vont baisser progressivement sans descendre sous la normale.

Dans ses tendances à trois mois publiées fin mars, Météo-France expliquait qu'un scénario "plus chaud que la normale est le plus probable pour la France, et plus généralement sur l’Europe de l’Ouest et le Bassin méditerranéen". Toutefois, "aucun scénario n’est privilégié sur la France, comme sur la majeure partie de l’Europe", écrivait l'agence.

Article original publié sur BFMTV.com