13-novembre: Marc Trévidic espère "qu'à force d'entendre les victimes" Salah Abdeslam parlera

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marc Trévidic espère
Marc Trévidic espère

Invité sur BFMTV pour évoquer le procès historique des attentats du 13 novembre 2015 qui doit s'ouvrir le 8 septembre, Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste, a déclaré avec une vive émotion espérer "qu'à force d'entendre pendant 9 mois les victimes", Salah Abdeslam, l'unique survivant des commandos, parlera.

L'ancien juge antiterroriste est d'abord revenu sur le profil de Salah Abdeslam. "On a retracé sa vie, ses liens avec notamment Abaaoud, ses liens avec son frère, sa radicalisation, sa vie un peu erratique, un peu de délinquance mais aussi des choses beaucoup plus stables, il était amoureux depuis longtemps d'une jeune femme, il voulait l'épouser, (...) une fois qu'on a tout ça, ça reste incompréhensible. Comment on peut arriver à faire des choses pareilles alors qu'on n'est pas au ban de la société, qu'on n'est pas du tout exclu de la société?" s'est interrogé Marc Trévidic.

"C'était pas quelqu'un qui n'était pas intégré, c'est très destabilisant, on n'imagine toujours que pour passer le cap il faut être complètement ou fanatisé ou exclu, non. Les profils sont beaucoup plus destabilisants que ça généralement", a-t-il précisé.

"Il pourrait très bien rester humain "

"J'espère qu'à force d'entendre pendant neuf mois les victimes expliquer toutes les souffrances, qui sont énormes dans l'histoire du Bataclan, qu'à force d'écouter les gens qui parlent de leurs blessures et tout ça, que Salah Abdeslam parlera, dira quelque chose" a déclaré Marc Trévidic, très ému.

"Il pourrait très bien rester humain et apporter aux victimes ce qu'elles veulent c'est-à-dire dire sa vérité, les éléments qu'il a à leur dire, c'est le minimum de ce qu'il pourrait faire." Mais l'ancien juge antiterrroriste a fini par avouer qu'il n'y croyait "pas trop".

Le procès des attentats du 13 novembre 2015 débutera ce mercredi 8 septembre et doit se tenir jusqu'au 25 mai 2022, devant une cour d'assises spécialement composée. L'événement est déjà considéré comme historique par l'ampleur de la tragédie, qui a fait 130 morts, et par l'organisation hors norme de ces audiences.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles