13-Novembre: les candidats LR dénoncent une "provocation" d'Eric Zemmour, sauf Eric Ciotti

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV

876450610001_6281972995001

La plupart des candidats LR partagent l'indignation des victimes du 13-Novembre. Interrogés à l'occasion du deuxième débat de la droite organisé ce dimanche par BFMTV-RMC, les prétendants à l'investiture du parti ont dans leur très large majorité condamné l'attitude d'Eric Zemmour, venu samedi devant le Bataclan au soir des six ans des attaques.

C'est Xavier Bertrand, président du conseil régional des Hauts-de-France, qui s'est montré le plus virulent à l'endroit du polémiste. "En cette journée anniversaire, qu’est-ce qu’on attendait? De la dignité et du respect. Visiblement, dignité et respect ne sont pas deux notions qui habitent monsieur Zemmour", a-t-il taclé.

Quant à une potentielle collaboration en cas de victoire au scrutin présidentiel, ce dernier a sèchement rétorqué: "Je pense avoir été très clair dans la réponse. Je viens de vous dire ce que je pensais de son attitude qui a été la sienne."

"Ce n'est pas très digne"

Dans sa réflexion, il a été rejoint par Michel Barnier. "Je trouve que c’était un moment de recueillement qui méritait davantage de respect", avance-t-il. "Aller au sixième anniversaire de cette tragédie, faire cette provocation, ce n’est pas très digne", a ajouté l'ancien négociateur européen du Brexit.

Puis, Valérie Pécresse a rappelé l'importance pour elle de "ne pas faire de politique dans un moment de recueillement", avant de balayer à l'image de Xavier Bertrand la possibilité d'une future collaboration avec Eric Zemmour.

"Non je ne crois pas. Je ne peux pas travailler avec quelqu’un qui a une vision de la femme comme d’un être inférieur vous comprenez bien", tance-t-elle. 876450610001_6281971917001

"Procès de Moscou"

Finalement, Éric Zemmour n'a semble-t-il trouvé grâce qu'aux yeux d'Eric Ciotti. "Je suis étonné, chacun est libre de gérer son attitude comme il le souhaite", dit-il.

"Il y avait un hommage, il y avait un moment, on est dans un pays de libertés donc moi je ne vais pas jouer, faire des procès d’intention par rapport à ce que fait untel ou untel. Chacun est libre dans notre pays, heureusement encore. Pourquoi ce procès de Moscou parce qu’il a été sur le lieu d’un attentat?"

Ce samedi, le polémiste, qui n'est pas encore candidat à l'élection présidentielle, s'est rendu devant le Bataclan, où il a de nouveau attaqué François Hollande, l'accusant de ne pas avoir "protégé les Français" et d'avoir "pris une décision absolument criminelle de laisser les frontières ouvertes". "Infondé, indécent, et indigne", a rétorqué l'interessé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles