À 11 ans, elle se baigne dans une piscine thermale et attrape la gonorrhée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des médecins rapportent un cas extrêmement rare : une petite fille de 11 ans aurait attrapé une infection bactérienne gynécologique, la gonorrhée, en dehors d’un rapport sexuel.

La gonorrhée, aussi appelée blennorragie ou "chaude-pisse", est une infection causée par la bactérie Neisseria gonorrhoeae. Généralement, elle est transmise lors d’un rapport sexuel et touche l’urètre, le vagin ou encore la bouche. D’après une nouvelle étude publiée dans la revue Journal of Medical Case Reports, l’infection pourrait également se transmettre lors d’une baignade dans un bassin naturel.

Les médecins rapportent que la jeune fille de 11 ans, originaire d’Autriche, a consulté pour des brûlures et un écoulement au niveau du vagin. Elle a voulu se soigner en auto-médication à l'aide d'une crème antifongique, mais ses symptômes ont persisté. Un examen gynécologique a révélé la présence de la bactérie responsable de la gonorrhée.

VIDÉO — Infections sexuellement transmissibles : 5 idées reçues sur les IST

Une baignade à haut risque

L’équipe médicale a voulu tester la famille de la jeune patiente afin d’écarter l’hypothèse d’un viol. Tous les membres ont été testés négatifs. L’hypothèse la plus certaine, selon les médecins, est que la jeune fille a contracté cette infection lors d’une baignade dans une piscine thermale située au bord du lac Specchio di Venere, en Italie.

"Les piscines sont peu profondes, proches de la température corporelle, isotoniques, légèrement acides du fait de bulles de CO2, et contiennent des particules organiques, toutes susceptibles de favoriser la survie du gonocoque", notent les médecins dans le rapport de cas.

Il est essentiel de ne pas s'auto-traiter en présence de signes génitaux, notamment pour une mycose, car plus le diagnostic de gonococcie est tardif et plus il y un risque de complications par la suite.

VIDÉO - Une nouvelle bactérie redoutable dans les hôpitaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles