Publicité

Il y a 11 000 ans, la domestication de la vigne a été “l’une des forces motrices de la civilisation”

“Apprivoiser les raisins” en couverture du magazine “Science”.. Science
“Apprivoiser les raisins” en couverture du magazine “Science”.. Science

“Apprivoiser les raisins” : derrière ce titre en couverture de sa dernière parution, le magazine Science publie une étude sur la “domestication de cette liane essentielle”. Une “étude génomique” qui met en évidence que cette domestication a eu lieu simultanément, il y a environ 11 500 ans, dans deux régions distantes d’un millier de kilomètres : le Caucase (la photo en couverture de Science est celle d’une grappe du cépage Saperavi de la région de Kakhétie, en Géorgie) et le Proche-Orient.

Deux événements de domestication qui remontent donc au début de l’invention de l’agriculture “et non à 3 000 ans plus tard comme le suggéraient certains travaux”, écrit Le Temps en reprenant les conclusions de l’étude cosignée par des scientifiques de 17 pays. Une période qui correspond à la fin de la dernière époque glaciaire, précise le Washington Post.

“Palatabilité”

Si la variété du sud du Caucase, aux baies plus sucrées, est davantage propice à la production de vin, “curieusement”, écrit Le Temps, elle “ne va pas se diffuser très loin au-delà du Caucase”. L’immense majorité des cépages cultivés aujourd’hui dans l’ouest de l’Europe sont arrivés du Proche-Orient, à la faveur des échanges commerciaux et des migrations, souligne Science. “Nous montrons que la grande diversité de cépages en Europe provient de croisements avec des espèces sauvages locales, sans doute pour améliorer la vinification”, explique dans Le Temps Wei Chen, de l’université agricole du Yunnan à Kunming (Chine), qui a piloté l’étude.

“Dès que nos ancêtres parvenaient à un goût et une texture qui leur plaisaient – ce qu’on appelle la palatabilité –, ils s’efforçaient de les conserver dans les croisements ultérieurs”, commente auprès du journal de Genève Claire Arnold, de l’université de Lausanne, qui a, elle aussi, participé à l’étude. De même, ajoute le Washington Post, ils ont très tôt privilégié les pieds hermaphrodites.

Wei Chen estime que “la vigne a probablement été la première culture fruitière domestiquée par les humains”. Suivra quelque 3 000 ans plus tard la production de vin, née, selon des travaux archéologiques, en Géorgie. “Puis viendra la civilisation”, soutient le Washington Post. Selon Peter Nick, coauteur de l’étude, il s’agit en effet d’“un des premiers biens échangés au niveau mondial”. Et ainsi, explique le biologiste végétal à l’institut de technologie de Karlsruhe en Allemagne, “il est justifié de dire que la domestication de la vigne a véritablement été l’une des forces motrices de la civilisation”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :