Publicité

Évadé d'une prison en Dordogne: le détenu voulait rendre visite à son père diabétique

La formation ferme-école à la prison de Mauzac, en Dordogne, le 10 décembre 2009.  - PIERRE ANDRIEU
La formation ferme-école à la prison de Mauzac, en Dordogne, le 10 décembre 2009. - PIERRE ANDRIEU

Après s'être évadé lundi du centre de détention semi-ouvert de Mauzac en Dordogne, Philippe Dubois, qui finissait de purger une peine de 28 ans de réclusion criminelle pour un double assassinat commis en 2002, a été interpellé ce mercredi matin à Nice (Alpes-Maritimes).

"Il voulait voir son père, qui est diabétique et a 82 ans", a indiqué Christian Di Pinto, l'avocat de l'homme de 54 ans, auprès de nos confrères de Nice-Matin.

Selon son avocat, Philippe Dubois "était permissionnable depuis 2016" mais "on lui a refusé toutes ses permissions".

Alors, malgré le fait qu'il était libérable en 2026, le détenu "a pris le train et le car" et "est arrivé à 1 heure du matin à Nice" sans "complicité" puisque la ferme-école de Mauzac est non sécurisée. Or, une fois sur place, "personne n'a voulu le voir", même sa famille qui l'a rejeté depuis de nombreuses années, a rapporté Christian Di Pinto.

"Je l'ai littéralement engueulé"

L'avocat de Philippe Dubois a déploré l'attitude de la justice, ne lui permettant pas d'aller voir sa famille ou d'assister à des cérémonies d'obsèques ces dernières années.

"Si on lui avait accordé ne serait-ce qu’une seule permission, il n’aurait pas bougé. Il est parti pour des raisons humaines. Il a été poussé à bout. Il a pété les plombs", a-t-il déclaré au quotidien régional.

Mais Maître Di Pinto n'a pas manqué de réprimander son client, dont l'évasion pourrait retarder ses conditions de détention et sa future sortie de prison.

Il a confié: "Je l’ai littéralement engueulé en lui disant qu’il avait fait une énorme erreur."

Article original publié sur BFMTV.com