Étude. Pour gagner à domicile, les équipes de foot n’ont pas besoin de leurs supporters

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

La pandémie a vidé les stades de leurs spectateurs. Néanmoins, les équipes conservent un fort avantage lorsqu’elles évoluent à domicile. Une récente étude menée sur près de 40 000 matchs relativise le rôle du public sur les résultats des clubs. Mais son influence sur le jeu et sur l’arbitrage demeure.

Renvoyé au vestiaire par un Covid-19 décidément destructeur, le “douzième homme” s’est-il bâti sur un mythe en train de s’effondrer ? Alors que les supporters avaient la solide réputation de transformer les victoires à domicile en parties de plaisir et de ferveur, la pandémie, qui a vidé les stades de leur cœur battant, rebat les cartes.

Le fait est que les équipes gagnent toujours à la maison, constate la revue Scientific American, au point de se demander, avec un peu d’amertume, si les “rangées fantomatiques de sièges vides” ne seraient pas aussi performantes qu’une foule de gueules ouvertes se tenant par les épaules pour chanter.

La pandémie a offert aux chercheurs une opportunité unique d’étudier les effets réels du public sur la performance des équipes. Selon les résultats d’une récente étude menée au sein de dix ligues de football professionnel et dans six pays (Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie, Portugal, Turquie), les victoires à domicile concernent toujours 43 % des matchs joués. Une baisse de 2 points par rapport aux valeurs prépandémie, équivalente à la baisse du taux de matchs nuls (25 % contre 27 % avant le Covid-19), que le gain de 4 points des matchs perdus (32 % contre 28 % avant le Covid-19) explique.

Connaissance du terrain et défense du territoire

Déterminer le degré d’influence des différents facteurs qui pèsent sur une rencontre reste un défi, rappelle Daniel Memmert, professeur à l’université allemande du sport de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :