Publicité

Une étude fait un lien entre la consommation de pornographie et les violences faites aux femmes

Le porno est-il bon ou mauvais pour nos jeunes ? Aide-t-il à l’éducation sexuelle ou montre-t-il une sexualité déconnectée de la réalité, sans partage de plaisir, voire teintée de violence ? À ces questions, les chercheurs de l’École de Justice de l’Université de technologie du Queensland, en Australie, risquent de faire la grimace. Leur dernière étude montre qu’une forte exposition à la pornographie chez les jeunes contribue à perpétuer les violences faites aux femmes.

Les universitaires ont récolté les données de 1 985 Australiens âgés entre 15 et 20 ans. Parmi les volontaires, 86% des hommes consommaient de la pornographie, contre 69% des femmes, révèlent-ils dans leur article publié dans la revue Australian and New Zealand Journal of Public Health.

“Les jeunes hommes étaient plus susceptibles que les jeunes femmes de rechercher de la pornographie et d'en regarder fréquemment, avec plus de la moitié (54 %) des participants masculins déclarant en consommer chaque semaine, contre 14 % des participantes féminines”, ont-ils écrit.

Menée par l’entreprise australienne OurWatch, spécialisée dans les données relatives aux violences faites aux femmes, l’enquête a montré “que la pornographie est associée à une gamme d'attitudes et de comportements nocifs, notamment les comportements sexuels à risque, une plus grande objectivation sexuelle des femmes, l'acceptation du mythe du viol, ainsi que la coercition et l'agression sexuelles”, a décrit l’autrice Maree Crabbe, de l’École de Justice (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Héritage : combien de temps l'argent d'une succession peut-il être gardé par un notaire ?
Est-ce possible de voyager avec un passeport périmé ?
Agipi vous accompagne tout au long de votre vie avec son plan d’épargne retraite responsable
Salaire : combien gagne un développeur web ?
Peut-on refuser de prendre sa retraite ?