Étude. En 2021, la campagne de vaccination italienne devrait sauver 30 000 vies

Il Sole-24 Ore (Milan)
·2 min de lecture

Selon un modèle mathématique conçu par l’université romaine de Tor Vergata, si 80 % de la population transalpine considérée “à risque” se vaccine, 30 000 décès supplémentaires pourraient être évités dans l’année à venir.

Avec près de 72 000 morts liées au Covid-19, l’Italie est le pays où le coronavirus a fait le plus de victimes en Europe et le cinquième au monde. 22,8 % des habitants de la Péninsule sont âgés de plus de 65 ans (un record dans le Vieux Continent), et, pour protéger cette tranche plus fragile de sa population, les autorités italiennes comptent beaucoup sur l’arrivée des vaccins. Mais combien de vies la campagne qui a été lancée le dimanche 27 décembre pourra-t-elle effectivement sauver ?

Une étude de l’université romaine de Tor Vergata, en voie de publication, tente de répondre à cette question. “En 2021, si les vaccins contre le Covid-19 se montrent efficaces et si plus de 80 % de la population ‘à risque’ se vaccinent, plus de 30 000 vies devraient être sauvées”, explique Il Sole-24 Ore, qui s’est chargé de vulgariser l’étude.

À lire aussi: Pandémie. Covid-19 : l’Union européenne lance sa campagne de vaccination

Pour arriver à cette estimation, l’université de Tor Vergata s’est appuyée sur deux calculs. D’un côté, les scientifiques ont étudié le rythme de la campagne de vaccination annoncé par les autorités italiennes, qui prévoit une cadence de 51 000 piqûres par jour dans les premiers mois, pour monter en régime ensuite. De l’autre – en s’appuyant sur les données disponibles pour 2020 –, les chercheurs ont estimé le nombre de morts potentiels si personne n’acceptait de se vacciner. Dans ce cas de figure hypothétique, “62 000 Italiens mourraient en 2021”, précise le quotidien économique. Un chiffre qui devrait donc être divisé par deux si tout se passe comme prévu.

Et c’est bien là toute la question.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :