Publicité

Une étoile va illuminer le ciel d'avril

Une "nouvelle" étoile visible à l'œil nu devrait apparaître dans la constellation de la Couronne boréale très prochainement. Ce phénomène de nova, attendu avec impatience par les astronomes, a été observé dès le 13e siècle et se reproduit tous les 80 ans. Explications.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°926, daté avril 2024.

S'allumera ? S'allumera pas ? En ce mois d'avril 2024, les astronomes scruteront avec une attention particulière la Couronne boréale, ou Coronae Borealis, une petite constellation de l'hémisphère Nord. Ils ont rendez-vous avec une vieille connaissance, T Coronae Borealis (T CrB), une étoile qui fait son show tous les quatre-vingts ans environ.

Alors qu'elle est invisible à l'œil nu, sa luminosité augmente brutalement en quelques jours, pour atteindre à peu près l'éclat de l'étoile Polaire, avant de s'éteindre rapidement les jours suivants et pour huit décennies. Ce phénomène constitue une nova.

"Il y a 95 % de chance qu'elle éclate en 2024"

T CrB a déjà été observée en 1886 et 1946. Mais Bradley Schaefer, professeur d'astronomie et d'astrophysique à l'Université d'État de Louisiane (États-Unis), a retrouvé sa trace jusqu'en 1217, dans le témoignage d'un moine près d'Augsbourg, en Allemagne. Et selon lui, elle devrait prochainement se manifester… "À partir de février 2015, T CrB est devenue un peu plus lumineuse, constate l'astronome. Un comportement identique à celui de 1935 qui a abouti à l'événement de 1946." Ce petit sursaut marque les prémices d'une nouvelle séquence, avec une montée en puissance irrégulière : la luminosité a brutalement rechuté en mars 2023.

"La même chose avait été observée environ un an avant l'éruption de 1946. Si T CrB se comporte comme elle l'a fait dans les années 1940, il y a 95 % de chance qu'elle éclate en 2024. Et 68 % que cela se produise entre février et août, avec une préférence pour avril. Toutefois, il se peut toujours que des perturbations imprévues aient pu faire dévier le timing entre 1946 et 2024, c'est pour cela que je ne parierais pas ma maison sur l'exactitude de cette prédiction, mais il y a peu de choses sur lesquelles je parierais ma maison ", constate avec humour Bradley Schaefer.

Ce spectacle correspond en réalité aux éclats d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi