Publicité

Étoilés Guide Michelin 2024 : cette séquence sur les femmes cheffes ne fait pas oublier leur absence

Les lauréates et lauréats des Michelin 2024 sur la scène de la cérémonie du guide, à Tours le 18 mars 2024
GUILLAUME SOUVANT / AFP Les lauréates et lauréats des Michelin 2024 sur la scène de la cérémonie du guide, à Tours le 18 mars 2024

CUISINE - « Où sont les femmes ? » a lancé ce lundi 18 mars le directeur du Guide Michelin Gwendal Poullennec lors de la cérémonie du Guide rouge 2024. Après plus d’une heure de cérémonie, il n’était pas le seul à se poser la question. Les précieux macarons remis depuis Tours ont réservé leur lot de surprises avec notamment le coup de maître de Fabien Ferré. Lequel, en plus de devenir à 35 ans le plus jeune chef triplement étoilé, réussit à obtenir ses trois macarons la même année. Pour la parité en revanche, il y avait de quoi rester sur sa faim.

Guide Michelin 2024 : La carte des candidats de « Top Chef » étoilés par le guide rouge

Anne-Sophie Pic reste à ce jour la seule femme triplement étoilée en France, quand Hélène Darroze et Stéphanie Le Quellec conservent précieusement leurs deux « mac ».

Gwendal Poullennec avait beau vanter en amont, une cérémonie qui ferait la part belle à la nouvelle génération avec de nombreux chefs de moins de 40 ans, ce n’est qu’une poignée de femmes qui a eu la chance de venir glaner une récompense sur la scène.

Absentes des étoiles vertes et des deuxièmes macarons, pour trouver les récompensées, il a fallu se concentrer sur les 52 nouvelles premières étoiles. Et encore, elles sont plus rarement récompensées seules qu’en binôme. L’année dernière, nos collègues de Terrafemina avaient calculé qu’il n’y avait que 10 % de femmes cheffes parmi les 44 nouveaux nommés.

« Les femmes sont partout », vraiment ?

Cette année, on comptait seulement une femme récompensée seule : Eugénie Béziat L’Espadon, à Paris. Trois duos cheffe-chef : Adeline Lesage avec Marc-Antoine Lesage pour Nacre à Retz, Emilie et Thomas Roussey pour le Moulin de Cambelong à Conques-en-Rouergue, Florencia Montes et Lorenzo Ragni pour ONICE à Nice. Et enfin un seul et rare duo de cheffes : Manon Fleury et Laurène Barjhoux pour Datil à Paris. Soit six femmes récompensées sur 52 nouveaux étoilés, à peine mieux que l’année dernière.

Peu avant la remise des troisièmes macarons, Gwendal Poullennec a bien tenté de tempérer l’évidence « Où sont les femmes ? », a-t-il fait mine de se demander avant d’ajouter : « Il y a trop peu de femmes à la tête des cuisines alors qu’elles sont toujours plus nombreuses dans les cuisines et les formations. C’est une réalité que nous déplorons. Je le sais de nombreux cuisiniers développent des initiatives fortes pour promouvoir des jeunes femmes talentueuses. J’en suis très heureux et j’espère qu’elles ouvriront un jour leur propre maison ».

S’en est suivie une séquence vidéo présentant les témoignages de plusieurs cheffes, maraîchères, pâtissières, vigneronne, ou encore directrice de salle. Parmi les noms qui s’égrènent à l’écran Anne-Sophie Pic ou encore Nina Métayer et Georgiana Viou. Pas sûre que ce coup de lumière mérité sur ces talents soit capable de faire oublier l’ombre dans laquelle sont plongées de nombreuses autres.

À voir également sur Le HuffPost :

CNews et BFMTV ont encore du travail en matière de parité à l’antenne d’après ce rapport de l’Arcom

Dans « Quelle époque ! », Philippe Etchebest rend hommage à sa femme et associée Dominique