Publicité

En Éthiopie, un bug transforme les distributeurs en machines à billets

C’est un problème technique qui risque de coûter à la Commercial Bank of Ethiopia (CBE) la modique somme de 37 millions d’euros. Près de 38 millions d’Éthiopiens sont titulaires de comptes dans cette banque, vénérable institution financière du pays depuis quatre-vingt-deux ans.

En effet, rapportent les médias éthiopiens et la BBC Africa qui reprend l’information, ce 16 mars les clients de la principale institution bancaire et financière éthiopienne ont découvert qu’ils pouvaient retirer plus d’argent liquide que ce qu’ils avaient sur leurs comptes. Ce problème du système leur a permis de retirer des sommes indues qui ont été par la suite transférées vers d’autres banques.

COURRIER INTERNATIONAL
COURRIER INTERNATIONAL

C’est une augmentation inhabituelle des transactions, dans la nuit du 15 au 16 mars, qui a alerté les autorités. Des clients de la banque ont pu ainsi effectuer des retraits ou des transferts non autorisés, procédant même à des retraits non débités depuis leurs comptes. Selon l’hebdomadaire éthiopien Addis Fortune, en raison de ce grave dysfonctionnement du système de la banque éthiopienne, près de 66 000 clients ont effectué au moins 25 000 transactions.

Appels à la restitution

La plupart étaient des étudiants de diverses villes du pays, qui ont profité de cette faille pour transférer des fonds entre banques. Selon la BBC, de longues files d’attente se sont même formées aux distributeurs automatiques de certains campus dans l’ouest du pays, des jeunes retirant de l’argent jusqu’à ce que des policiers arrivent sur le campus pour les arrêter.

Les universités ont été appelées en renfort pour exhorter leurs élèves à restituer ces fonds mal acquis, sous peine d’éventuelles conséquences judiciaires.

Devant le nombre d’opérations et alors que l’ampleur du dysfonctionnement devenait évidente, les banques privées ont reçu des alertes leur demandant de stopper toutes les transactions numériques. Cette mesure de précaution a eu pour effet de paralyser l’ensemble des opérations bancaires numériques pendant plusieurs heures, le 16 mars.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :