États-Unis: Washington en état de siège trois jours avant l'investiture de Joe Biden

Hugues Garnier
·3 min de lecture
Le Capitole de Washington D.C. le 17 janvier 2021.  - Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Le Capitole de Washington D.C. le 17 janvier 2021. - Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Des militaires à place des civils. C'est le scénario qui risque de se dérouler mercredi à Washington D.C., journée où l'investiture de Joe Biden à la présidence des États-Unis doit se tenir. Une cérémonie ternie à la fois par la pandémie de Covid-19 mais aussi par les événements survenus il y a une dizaine de jours au Capitole.

Conséquence: la capitale fédérale n'a sans doute jamais été aussi bien surveillée et envahie par les forces armées américaines depuis le 11 septembre 2001. Objectif: assurer à tout prix une transition sans violence entre les deux administrations. Samedi soir, c'est un homme lourdement armé qui a été interpellé alors qu'il tentait de passer l'un des nombreux points de contrôles du Capitole où le président démocrate élu Joe Biden doit prêter serment.

De nouvelles arrestations après les violences du Capitole

D'autres arrestations ont également eu lieu à Washington et dans d'autres États, la plupart visant des militants pro-Trump ayant participé à l'intrusion du siège du pouvoir législatif américain où cinq personnes ont trouvé la mort. CNN rapporte même que la police de la capitale américaine a procédé à plus d'interpellations après, que lors de l'assaut du Capitole.

L'équipe de Joe Biden et la maire de Washington, Muriel Bowser, ont demandé à la population américaine d'éviter le centre de Washington et de suivre la cérémonie d'investiture en ligne ou à la télévision. Jusqu'à 25.000 soldats de la garde nationale seront déployés d'ici mercredi pour renforcer la sécurité dans la ville où de multiples barrages routiers ont été installés. Et c'est sans compter les milliers de policiers locaux, d'Etat ou fédéraux.

Seules les personnes accréditées seront autorisées à circuler le long du National Mall, grand parc ouvert traversant d'Est en Ouest la capitale américaine alors que les autorités lancent toujours des appels à témoins pour tenter d'identifier des participants à l'assaut du Capitole.

Des équipes cynophiles sont d'ores et déjà déployées pour scruter le moindre recoin des bâtiments publics après que des engins explosifs ont été découverts la semaine dernière aux abords des sièges du Comité national républicain et du Comité national démocrate.

Aucun appel à la mobilisation par Trump

À défaut de pouvoir se réunir à D.C., plusieurs rassemblements pro-Trump sont en cours ce dimanche ou attendus dans les prochains jours devant des bâtiments fédéraux pour s'opposer à cette prise de fonctions de Joe Biden à la suite d'une élection qu'ils estiment toujours volée.

Mais aucun appel à la mobilisation ne risque d'être émis par Donald Trump. Ses comptes sur les réseaux sociaux, suivis par des millions de personnes, sont toujours suspendus au grand dam du président américain qui entend bien quitter Washington sous cette fonction.

Le milliardaire républicain s'envolera en effet pour la Floride quelques heures avant l'arrivée au pouvoir de Joe Biden et sans assister à son investiture. Du jamais vu dans la vie politique américaine depuis 150 ans.

Article original publié sur BFMTV.com