Publicité

Les États-Unis veulent réduire les importations chinoises de composants de voitures électriques

Dans le cadre du plan climatique du gouvernement de Joe Biden, les subventions destinées à l'achat de véhicules électriques aux États-Unis vont encore se durcir pour les voitures qui ne sont pas produites sur le sol américain.

En effet, ces subventions ne seront bientôt plus accordées aux acheteurs de voitures électriques contenant des composants de batterie fabriqués en Chine ou dans d'autres "pays rivaux". Cette décision vise à renforcer la sécurité des chaînes d'approvisionnement américaines et entrera en vigueur à partir de 2024.

Les États-Unis contre ses éternels ennemies

Le département du Trésor a souligné que, pour être éligible, un véhicule électrique propre ne pourra contenir aucun composant de batterie fabriqué ou assemblé en Chine, Russie, Corée du Nord ou Iran. Ces pays sont désignés comme des "entités étrangères préoccupantes" selon les règles présentées par l'administration, qui sont actuellement soumises à des commentaires du public avant d'être officiellement mises en œuvre.

De plus, à partir de 2025, les véhicules électriques éligibles ne pourront pas contenir de métaux critiques extraits, traités ou recyclés par l'un de ces quatre pays, selon les dispositions du plan. Ces mesures visent à réduire la dépendance de l'industrie américaine naissante des véhicules électriques à l'égard de la Chine.

Une mesure trop compliquée à mettre en place ?

Le plan climatique de Joe Biden, connu sous le nom de l'Inflation Reduction Act (IRA), prévoit un crédit d'impôt pouvant atteindre 7 500 dollars pour l'achat d'un véhicule électrique fabriqué aux États-Unis. Cependant, cette proposition risque de restreindre...Lire la suite sur Autoplus