États-Unis. Starbucks tente d’étouffer l’émergence de syndicats dans ses établissements

·1 min de lecture

La chaîne de cafés ne ménage pas ses efforts pour saboter une initiative visant à adhérer à un syndicat, émanant des salariés de trois établissements, sur les 9 000 qu’elle compte aux États-Unis, raconte le New York Times.

Depuis le mois d’août dernier, des employés de la chaîne de cafés Starbucks tentent de faire émerger un syndicat pour faire adhérer leurs trois établissements, situés dans la région de la ville de Buffalo, dans l’ouest de l’État de New York, au Service Employees International Union, vaste réseau de syndicats américain. Une première dans le pays, où la chaîne compte 9 000 établissements.

Face aux efforts de ces salariés, l’entreprise aurait mis en place une “contre-offensive” consistant à augmenter le nombre de responsables, à fermer temporairement certains magasins et à multiplier les réunions suggérant que les travailleurs n’ont pas besoin d’“un tiers”, raconte The New York Times.

Cette lutte en cours à Buffalo est une nouvelle illustration du vaste mouvement d’activisme social qui secoue les États-Unis depuis quelques mois, observe le quotidien. Ce mouvement, associé à une démission en masse des travailleurs, en position de force sur un marché du travail qui connaît une pénurie de main-d’œuvre, fait émerger de nombreuses revendications dans différents secteurs, aux États-Unis comme dans d’autres pays à l’économie développée.

À lire aussi: Discrimination. Chez Starbucks, la diversité détermine la rémunération des dirigeants

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles