Publicité

Aux États-Unis, des salaires record offerts pour les postes liés à l’IA

Après avoir embauché à tour de bras durant la pandémie, les entreprises technologiques américaines ont réduit leurs coûts en 2023, notamment en licenciant des dizaines de milliers de salariés. Depuis, aux États-Unis, le marché des métiers de l’informatique reste en net repli, à l’exception des offres d’emploi concernant les professionnels de l’intelligence artificielle (IA), rapporte The Wall Street Journal.

Le nombre d’offres d’emploi en informatique était en janvier dernier inférieur de 31 % par rapport à décembre 2022. Mais les nouvelles offres d’emploi liées à l’IA étaient quant à elles en hausse de 42 % par rapport à la même période. En cause : le lancement, fin 2022, de ChatGPT, “qui a déclenché une frénésie de demandes concernant l’IA”.

Les offres d’emploi liées à l’IA, notamment pour des ingénieurs en Machine Learning et des Data Scientists, existaient avant le lancement de ChatGPT, explique Anil K. Gupta, spécialiste du suivi de l’emploi à l’Université du Maryland. “Mais le chatbot d’Open IA a mis une interface utilisateur sur la technologie, ouvrant les yeux sur les moyens d’intégrer l’IA dans les produits et les procédures de travail.”

Désormais, sur les sites de recrutement, les offres d’emploi liées à l’IA et les autres offres en science des données et en génie logiciel “évoluent dans des directions opposées”. Et les entreprises à la recherche de talents en IA “semblent prêtes à payer”, écrit le Wall Street Journal.

Selon une enquête récente, les trois quarts des entreprises technologiques américaines estiment que les compétences en IA justifient une prime salariale. Les nouveaux embauchés gagnent plus que leurs collègues dont les postes ne sont pas en relation avec les nouveaux développements de l’IA.

Dans le cas d’un Data manager, responsable des bases de données d’une entreprise et de leur exploitation, l’écart peut atteindre plus de 20 000 dollars (18 350 euros), avec des salaires qui passent de 60 000 à plus de 80 000 dollars (73 400 euros) par an. Un ingénieur en Big Data, chargé de fournir les plateformes nécessaires au traitement des données, peut quant à lui espérer un salaire de 110 000 dollars (100 900 euros) par an.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :