États-Unis. Le label de Marilyn Manson met fin à son contrat après des accusations de viol

Vanity Fair (New York)
·1 min de lecture

L’actrice Evan Rachel Wood, ex-compagne du musicien de metal américain, l’accuse de violences sexuelles et psychologiques. Son témoignage est recoupé par celui de quatre autres femmes. L’artiste à l’image sulfureuse se défend et nie toute relation non consentie.

L’actrice américaine Evan Rachel Wood (Westworld) vient de mettre un nom, rapporte Vanity Fair, sur l’ex qu’elle avait accusé, il y a trois ans, de violences sexuelles : il s’agit de Brian Warner, alias Marilyn Manson. En 2018, dans le sillage du mouvement #MeToo, Wood témoigne devant le Congrès des viols, violences domestiques et menaces de mort qu’elle affirme avoir subis de la part d’un ex-compagnon.

Dans un message sur Instagram posté hier, lundi 1er février, elle déclare :

Le nom de mon persécuteur est Brian Warner, plus connu sous le nom de scène Marilyn Manson. Il a commencé à me séduire et à me piéger [“grooming”] alors que j’étais ado puis a horriblement abusé de moi pendant des années. Par la manipulation, le lavage de cerveau, il a obtenu ma soumission. Mais c’est terminé, je ne vivrai plus dans la peur des représailles, des injures et du chantage. J’accuse cet homme dangereux – et toutes les industries [du divertissement] qui lui ont permis de tels comportements – avant qu’il ne brise une vie de plus. Je me tiens aux côtés des victimes qui sortent de leur silence.”

Comme le rappelle le magazine américain, la relation entre l’actrice et le chanteur (qui a toujours pris soin de se bâtir

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :