États-Unis: Kamala Harris pourrait-elle être nommée par Joe Biden à la Cour suprême?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La vice-présidente américaine Kamala Harris lors du Forum de Paris sur la Paix, le 11 novembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
La vice-présidente américaine Kamala Harris lors du Forum de Paris sur la Paix, le 11 novembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Depuis l'annonce du retrait du juge Stephen Breyer de la Cour suprême des États-Unis ce mercredi, les spéculations vont bon train. En effet, il incombe à Joe Biden de nommer son remplaçant, ou plutôt sa remplaçante, puisque le président a confirmé ce jeudi qu'il choisirait une femme noire américaine, une première.

Sur les réseaux sociaux, nombreux ont été ceux à évoquer une potentielle nomination de la vice-présidente Kamala Harris, notamment chez les conservateurs. "Donc cette personne doit être une femme, elle doit être noire et jeune. Quelqu'un vois de qui je veux parler?", a notamment déclaré Harris Faulkner, présentateur de la chaîne d'information Fox News. Juriste de formation, ancienne procureure, jeune, femme et noire américaine, Kamala Harris coche en effet de nombreuses cases. Interrogé sur le sujet, Jen Psaki n'a pas fermé la porte: "je ne vais pas rentrer parler des éventualités".

Une bataille trop dangereuse pour Biden?

Seulement, comme le pointent des médias américains tels que CNN ou Politico, il est très peu probable de voir ce scénario se confirmer dans les prochaines semaines. En effet, il faudrait en priorité que Kamala Harris accepte. Or, la vice-présidente, numéro 2 de la Maison Blanche, est la favorite pour prendre la succession de Joe Biden. De plus, ce dernier a assuré qu'elle serait bien sa colistière pour la campagne de 2024. Quand bien même le poste de juge à la Cour suprême est très envié, il serait surprenant de voir Kamala Harris renoncer à l'idée de devenir présidente un jour.

876450610001_6282859509001

De plus, puisque le Sénat est partagé à égalité entre démocrates et républicains, la vice-présidente risque d'avoir à départager la confirmation du juge sélectionné par Joe Biden. Dans un contexte où le président a passé des heures difficiles au Congrès, et qu'il continue de se battre pour faire voter des "morceaux" de son plan social, il serait mal vu de lancer une bataille sur ce sujet pour nommer sa propre vice-présidente.

Choisir Kamala Harris serait donc explosif pour la Maison Blanche, d'autant que sa cote de popularité n'est pas particulièrement élevée depuis sa prise de fonctions. Sans mentionner, et donc rejeter, ce scénario, Joe Biden a expliqué ce jeudi qu'il allait utiliser ses qualités de juriste pour l'aider à arrêter sa décision finale.

En revanche, les noms de personnalités aussi qualifiées que la vice-présidente circulent déjà, et devrait permettre une confirmation plus tranquille pour Joe Biden. Parmi les favorites, l'on retrouve deux anciennes collaboratrices de Stephen Breyer: Ketanji Brown Jackson, juge fédérale, ou encore Leondra Kruger, juge à la Cour suprême de Californie. "Mon choix n'est pas encore fait", a assuré Joe Biden, qui révélera sa décision à la fin du mois de février.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles