Publicité

États-Unis: le frère de Joe Biden entendu par des élus républicains dans une enquête en destitution

James Biden, frère de Joe Biden, a été entendu, ce mercredi 21 février, par des élus républicains du Congrès qui mènent une enquête en destitution contre le président, accusé d'avoir menti au peuple américain sur les affaires de sa famille.

Cette investigation est balayée d'un revers de main par les démocrates, qui voient là des manœuvres politiciennes en pleine année électorale. Elle n'a quasiment aucune chance d'aboutir.

"Aucun intérêt financier"

Les républicains ont interrogé James Biden, 74 ans, sur une série de transactions financières qui, selon eux, incriminent son frère, le président démocrate.

"Cela fait 50 ans que je fais des affaires (...) Joe Biden n'a jamais été impliqué et n'a jamais eu aucun intérêt financier direct ou indirect dans ces activités. Aucun", a déclaré James Biden devant cette commission.

Pots-de-vin

La droite accuse Joe Biden, jusqu'ici sans preuve concluante, d'avoir usé de son influence lorsqu'il était vice-président de Barack Obama (2009-2017) pour permettre à sa famille de mener des affaires douteuses en Ukraine et en Chine. Au cœur de l'enquête, le frère de Joe Biden et le fils du président, Hunter.

Mais l'investigation des républicains a été fragilisée par l'inculpation mi-février d'un ex-informateur du FBI, Alexander Smirnov, poursuivi pour avoir menti et fabriqué de fausses accusations de corruption contre le fils de Joe Biden.

Cet homme de 43 ans avait accusé Joe et Hunter Biden d'avoir perçu chacun cinq millions de dollars en pots-de-vin pour permettre à une société gazière ukrainienne, Burisma, d'échapper à des poursuites, une histoire inventée de toutes pièces, selon l'acte d'accusation.

Cible privilégiée

Mardi, des procureurs américains ont rapporté qu'Alexander Smirnov avait avoué avoir reçu certaines de ses informations de personnes liées aux renseignements russes.

Homme d'affaires aujourd'hui reconverti dans la peinture, Hunter Biden est une cible privilégiée des républicains, qui alimentent les soupçons sur ses affaires commerciales. Mais l'enquête judiciaire en cours sur le fils du président n'a jusqu'ici pas permis d'étayer ces accusations.

Elle a surtout souligné ses problèmes d'addiction aux drogues et à l'alcool - qu'il assure avoir surmontés - et a débouché sur deux inculpations à son encontre: l'une pour fraude fiscale, et l'autre pour détention illégale d'arme à feu.

Article original publié sur BFMTV.com