États-Unis. La Constitution n'avait pas prévu le déni de défaite de Donald Trump

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Donald Trump refuse toujours de concéder la victoire au président élu Joe Biden. Les experts sont formels : rien dans la Constitution américaine ne prévoit un tel scénario.

En dépit de nouveaux revers politiques cuisants dans les États de Géorgie et du Michigan, le président républicain sortant, Donald Trump, a poursuivi ses attaques sans fondement sur le processus électoral le 21 novembre sur Twitter : “De grandes informations sur la fraude électorale concernant la Géorgie. Restez à l’écoute !”

La veille, pourtant, les responsables de la Géorgie ont certifié la victoire de Joe Biden et, signale le New York Times, les républicains du Michigan ont déclaré quant à eux, au terme d’une rencontre à la Maison-Blanche, qu’ils n’ont “rien appris de neuf” qui puissent justifier l’annulation de la victoire du démocrate dans leur État.

À lire aussi: Pendant que vous dormiez. Biden remporte la Géorgie, Haut-Karabakh, Brexit : les informations de la nuit

Même si les efforts de Donald Trump pour conserver la présidence continuent de se heurter à un mur, il se refuse toujours de concéder la victoire à son rival démocrate Joe Biden, ce qui crée une situation sans précédent aux États-Unis. Les experts consultés par le Washington Post sont formels :

Il n’y a rien dans la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :