Les États-Unis condamnent le lancement d'un missile intercontinental par la Corée du Nord

Le porte-parole du Département d'Etat, Ned Price, lors de sa conférence de presse à Washington, le 28 février 2022.  - Andrew Harnik © 2019 AFP
Le porte-parole du Département d'Etat, Ned Price, lors de sa conférence de presse à Washington, le 28 février 2022. - Andrew Harnik © 2019 AFP

Pyongyang a tiré trois nouveaux missiles ce jeudi, dont un missile balistique intercontinental qui a créé une fausse alerte au Japon. Le lancement de cet ICBM "semble avoir échoué" a indiqué l'armée sud-coréenne. Washington a condamné le lancement d'un missile intercontinental par la Corée du Nord.

"Ce lancement est une violation de multiples résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", écrit dans un communiqué Ned Price, porte-parole du département d'État américain.

"Les États-Unis prendront toutes les mesures nécessaires"

Pour le responsable américain, ce nouveau tir de Pyongyang "souligne la nécessité pour tous les pays d'appliquer pleinement les résolutions du Conseil de sécurité" sanctionnant la Corée du Nord.

Le soutien de Washington à la défense de la Corée du Sud et du Japon "reste inébranlable", prévient Ned Price.

Dans un communiqué, la porte-parole de la Maison Blanche Adrienne Watson "condamne fortement" l'action de Pyongyang. "Les États-Unis prendront toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de la patrie américaine, de la Corée du Sud et du Japon", peut-on lire.

Le monde "retient son souffle"

Les États-Unis et la Corée du Sud avertissent depuis des mois que la Corée du Nord s'apprête à réaliser un essai nucléaire, qui serait le septième de son histoire et le premier depuis cinq ans.

Le monde "retient son souffle" avant un éventuel nouvel essai nucléaire nord-coréen qui serait une "nouvelle confirmation" que le programme nucléaire de Pyongyang "avance à plein régime", s'était inquiété fin octobre le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Un autre essai nucléaire serait une nouvelle confirmation d'un programme nucléaire qui avance à plein régime dans une direction incroyablement inquiétante", avait expliqué Rafael Grossi.

Article original publié sur BFMTV.com