Publicité

Les États-Unis annoncent qu'ils bloqueront la résolution de l'ONU en faveur d'un cessez-le-feu à Gaza, alors qu'Israël bombarde Rafah

Au moins 127 personnes ont été tuées par les frappes israéliennes sur la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures. Un bilan qui s'élève désormais à 28 985 morts et plus de 68 000 blessés depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas.

De son côté, l'armée israélienne a déclaré plus tôt avoir tué au moins 45 combattants du mouvement islamiste. Le cabinet de Benjamin Netanyahu a adopté une résolution affirmant qu'Israël "rejette catégoriquement les décrets internationaux sur un accord permanent avec les Palestiniens" et s'oppose à toute reconnaissance unilatérale d'un État palestinien, qui, selon lui, "accorderait une récompense majeure au terrorisme" après l'attaque du 7 octobre.

Selon le site d'information Ynet, une proposition américaine visant à fixer un "calendrier ferme" pour la création d’un État palestinien "équivaudrait au sacrifice de la Tchécoslovaquie en 1938".

Le Premier Ministre israélien s'est également engagé à poursuivre l'offensive dans l'enclave palestinienne jusqu'à la "victoire totale" sur le Hamas et à l'étendre à Rafah, où plus d'un ,3 millions de Palestiniens, ont trouvé refuge.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré dimanche dans un communiqué que l'hôpital Nasser de Khan Younès, deuxième plus grand de la bande de Gaza, était "complètement hors service".