États-Unis. À Portland, la victoire de Biden divise anarchistes et militants Black Lives Matter

Los Angeles Times (Los Angeles)
·1 min de lecture

Dans cette ville de l’Oregon qui détient le record du nombre de manifestations pour la justice raciale aux États-Unis, la victoire du candidat démocrate à la présidentielle fait naître des tensions entre anarchistes et militants noirs.

Voilà des mois que Portland, la plus grosse ville de l’État de l’Oregon, situé sur la côte ouest des États-Unis, est devenue un lieu emblématique de la lutte du mouvement Black Lives Matter contre les violences policières et pour la justice raciale. Notamment “grâce à l’attention médiatique portée à ses manifestations nocturnes rituelles opposant militants anarchistes et forces de l’ordre”, souligne le Los Angeles Times.

Mais la victoire de Joe Biden à la présidentielle est venue accuser les différences entre anarchistes d’un côté et militants du mouvement Black Lives Matter de l’autre, souligne le quotidien californien.

Changer le système de l’intérieur

Les militants noirs considèrent en effet “la défaite de Donald Trump comme une occasion de changer le système de l’intérieur. Ils estiment que les anarchistes, en continuant de commettre dégradations et violences, nuisent au mouvement et à son message en faveur de la justice raciale.”

À lire aussi: Manifestations. Portland, ville symbole de la résistance à Trump

De leur côté, les anarchistes pensent que tenter de changer le système de l’intérieur “est inutile et que l’ordre politique et le système capitaliste doivent être renversés”. Pour eux, “le démocrate Joe Biden, à la tête d’un parti qui soutient le libéralisme économique et la propriété privée, ne vaut guère mieux que Donald Trump”.

Condamner la violence

De nombreux

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :