"Il était vraiment considéré comme un gros porc": un cadre d'Assu 2000 décrit un Jacques Bouthier "graveleux"

"Il était vraiment considéré comme un gros porc": un cadre d'Assu 2000 décrit un Jacques Bouthier "graveleux"

Les langues commencent à se délier au sein de Vilavi, le nouveau nom d'Assu 2000. Ce mercredi, l'un de ses dirigeants livre son témoignage, décrivant le comportement particulièrement malsain de son ancien patron Jacques Bouthier à l'égard des jeunes femmes.

"Un gros porc". En apprenant l'incarcération de son PDG Jacques Bouthier, ce cadre d'Assu 2000, société de courtage en assurance devenue Vilavi en janvier dernier, qui a décidé de rester anonyme, n'a pas été totalement étonné. Car si son entourage professionnel n'avait pas connaissance de ces séquestrations présumées, le caractère malsain du comportement de son ancien patron à l'égard des femmes était de notoriété publique en interne.

Jacques Bouthier, ex-PDG d'Assu 2000 qui a annoncé sa démission mardi - est incarcéré depuis ce week-end. L'homme de 75 ans est mis en examen pour viols sur mineur, traite d'êtres humains et détention d'images pédopornographiques. Cinq complices présumés ont par ailleurs été mis en examen et placés en détention provisoire.

"Un gros porc"

"Jacques Bouthier était vraiment considéré comme un gros porc", confie sans ambages ledit cadre à BFMTV, avant de préciser: "Quand vous croisiez sa route, il ne fallait pas être jeune et jolie. Il était incapable de ne pas faire de réflexions lourdes et graveleuses dès qu'il croisait une femme. Cela faisait toujours marrer les sbires autour de lui".

Le tout dans une forme d'impunité en raison du statut du PDG, d'après ce témoin: "Personne ne réagissait. Car le groupe, c'était lui. Il dirigeait tout. Et donc, il y avait un risque de perdre son boulot... Mais son attitude était connue de tous".

Son incarcération surprise succède à une enquête préliminaire ouverte après qu'en mars dernier, une femme de 22 ans est venue trouver les policiers, dénonçant l'emprise du chef d'entreprise et l'accusant de l'avoir violée pendant cinq ans. L'estimant désormais trop vieille, il l'aurait ensuite poussée à lui livrer une adolescente de 14 ans. De surcroît, cette accusatrice initiale aurait été précédée d'une première victime. Une liste dont la justice craint qu'elle ne soit pas exhaustive, les enquêteurs planchant actuellement sur l'existence d'un possible "système Bouthier".

"Stupéfaction" et "confirmation"

Aujourd'hui, devant les dernières révélations judiciaires, c'est la sidération qui prévaut au sein de l'entreprise. "Quand l'affaire est sortie, il y a eu un mélange : de la stupéfaction parce qu'on ne l'imaginait pas séquestrer des gamines mais aussi une forme de confirmation. C'était acquis qu'il avait des attitudes déplacées", explique ce cadre du groupe que dirigeait Jacques Bouthier.

"Dans le groupe, je ne crois pas que les gens étaient au courant de son système mais de ses attitudes, oui! Avec le recul, tout le monde se dit que c'était limite, quand même", poursuit-il.

Et cette atmosphère malsaine empirait manifestement lors des séminaires organisés par l'entreprise, où le comportement du PDG s'approchait de celui d'un prédateur. "Les problèmes se posaient toujours lors des séminaires. Le nombre de jeunes femmes à qui il a proposé de monter dans sa chambre est énorme, ça fait flipper. Mais pour lui, c'était un terrain de chasse. Et il s'en prenait toujours aux plus jeunes. Notamment aux alternantes de 18 ans", raconte-t-il.

Deux exemples en mémoire

Un exemple l'a particulièrement frappé: "L'une d'elles, qui avait décidé de quitter le groupe, lui a d'ailleurs dit un soir qu'il était vraiment un gros porc. Il avait répondu : 'À ton âge, tu as déjà vu le loup. Si tu veux monter avec moi, viens...' Il n'y a aucun doute sur la perversité du type. Tout le monde le voyait comme un papy de 70 ans pas très beau, incapable de se maîtriser face aux jeunes filles de 18 ans." "J'ai une collègue qui a eu affaire à lui. Il était toujours graveleux. Il lui avait dit: 'Je vais venir prendre soin de toi dans ton agence.' Les choses étaient claires", a achevé notre témoin.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Affaire Jacques Bouthier: les enquêteurs travaillent sur l'éventuel système que l'homme d'affaires aurait mis en place

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles