Cet été, contribuez à lutter contre la résistance aux antibiotiques en récoltant de la terre

Pixabay

Afin de découvrir "des médicaments sous nos pieds", l'Inserm fait appel à la bonne volonté des Français. En récoltant des échantillons de terre, ils pourraient donner un coup de pouce considérable à une équipe de chercheurs.

Vous avez prévu des randonnées cet été ? Alors n'oubliez pas d'emmener une cuillère à soupe. Pour déjeuner, certes, mais aussi pour récolter, sur votre chemin, une petite quantité de terre. Celle-ci pourrait permettre aux scientifiques de découvrir de nouvelles molécules et donc, peut-être de nouveaux médicaments.

Un programme pour lutter contre l'antibiorésistance

Le 23 juin 2022, des chercheurs d’Université Paris Cité et de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), regroupés au sein du laboratoire Évolution et Ingénierie des Systèmes Dynamiques au Learning Planet Institute, ont lancé la campagne de recherche participative "Science à la pelle". En toile de fond de cette opération, l'antibiorésistance. Nombreuses sont les maladies infectieuses, causées par des bactéries, des virus ou des champignons pathogènes, qui développent une résistance aux médicaments actuellement sur le marché.

Le seul moyen de les contrer est de trouver de nouvelles molécules, un travail fastidieux. "De nombreux médicaments utilisés aujourd’hui sont issus de molécules produites naturellement par les bactéries contenues dans les sols. C’est le cas de la grande majorité des antibiotiques, mais également un certain nombre d’anticancéreux et d’immunosuppresseurs", rappelle l' dans un communiqué. "Cependant, seule une infime portion de ces bactéries a été étudiée en laboratoire", ajoute l'institut. Il faut donc fouiller la terre afin de découvrir des molécules plus rares.

Une cuillère à soupe, un smartphone et une pochette plastique

C'est ici que le programme de recherche participative entre en jeu. Tout au long de l'été, en France métropolitaine et en Corse, les citoyens sont invités durant leurs randonnées et autres promenades, à prélever une cuillère à soupe de terre, à déposer l'échantillon dans une pochette plastique annotée puis à l'envoyer aux chercheurs (). Il faut également renseigner, sur l’application disponible aussi sur le site du projet, les coordonnées e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles