Éruption aux Canaries: la lave engloutit une centaine de maisons, 6000 personnes évacuées

·4 min de lecture
Des coulées de lave descendant du Cumbre Vieja au-dessus de la ville de Los Llanos de Aridane, le 19 septembre 2021 - DESIREE MARTIN / AFP
Des coulées de lave descendant du Cumbre Vieja au-dessus de la ville de Los Llanos de Aridane, le 19 septembre 2021 - DESIREE MARTIN / AFP

Les coulées de lave crachées par le volcan Cumbre Vieja, entré en éruption dimanche sur l'île espagnole de La Palma, aux Canaries, ont entraîné l'évacuation d'environ 6000 personnes et détruit une centaine de maisons en descendant vers l'océan, sans encore l'atteindre dans la nuit de lundi à mardi, d'après les dernières prévisions.

Un nouveau point d'éruption est apparu lundi soir vers 21h15 locales (20h15 GMT) dans la commune d'El Paso, obligeant à de nouvelles évacuations dans la zone, a alerté le service d'urgence de l'archipel sur Twitter.

"Nous n'avons aucune perte humaine à déplorer (...) et je crois que c'est la meilleure nouvelle", s'est félicité le président de la région, Angel Victor Torres, lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, arrivé sur place dimanche soir.

Des "langues de lave" qui "engloutissent tout sur leur passage"

Cette éruption, la première depuis 1971 sur cette île peuplée de près de 85.000 habitants, a en revanche provoqué d'importants dégâts. Lorena Hernandez Labrador, conseillère municipale à Los Llanos de Aridane, l'un des villages touchés par les coulées de lave, a indiqué qu'une "centaine de maisons" avaient été "détruites dans les communes de Los Llanos, El Paso et Tazacorte".

Noelia Garcia, la maire de cette commune, a indiqué ressentir "de l'impuissance et de la rage" face à cette catastrophe. "C'est la nature" mais "nous sommes inquiets pour les plantations de bananes et d'avocats, qui ont souffert, et pour le futur économique de l'île", a-t-elle expliqué.

Les images diffusées par les médias ou circulant sur les réseaux sociaux montraient d'impressionnantes coulées de lave, atteignant jusqu'à une dizaine de mètres de haut, incendiant les arbres sur leur passage, recouvrant des routes et s'engouffrant dans des maisons à travers des fenêtres restées ouvertes.

Interrogé sur la télévision publique, le président de l'autorité locale de La Palma, Mariano Hernández Zapata, a évoqué un paysage de désolation, laissé par des "langues de lave (...) qui engloutissent tout sur leur passage".

"On a une dizaine de mètres d’épaisseur alors imaginez la masse qui se déplace"

Le Cumbre Vieja crache des colonnes de fumées atteignant plusieurs centaines de mètres de haut et entre 6000 et 9000 tonnes de dioxyde de souffre par jour, selon l'Institut volcanologique des Canaries (Involcan). Une fumée qui n'a pas entraîné jusqu'ici de fermeture de l'espace aérien.

Il s'agit d'une éruption "effusive" qui va "inonder des zones de terrain, à une certaine vitesse et avec un certain débit", explique sur BFMTV Edouard Kaminski, chercheur en volcanologie physique à l’institut de physique du globe de Paris. Si elle entraîne des dégâts, elle reste "moins dangereuse" qu’une éruption explosive, car "ce sont des éruptions lors desquelles vous avez quand même un certain temps pour faire évacuer les personnes, délimiter des zones de risques, c’est plus facile à gérer".

Selon l'Involcan, ces coulées - qui ont fait suite à des jets de lave de plusieurs dizaines de mètres de haut - avancent à une vitesse moyenne de 700 mètres par heure à près de 1000°C.

"Quelques centaines de mètres par heure, c’est quand même des vitesses importantes", souligne Édouard Kaminski, "mais surtout c’est des débits très forts, parce qu'on a une dizaine de mètres d’épaisseur alors imaginez la masse qui se déplace". Le mouvement de la lave "est significativement plus lent que ce qu'il était initialement", a toutefois expliqué lundi soir un porte-parole du gouvernement régional.

"Des éruptions pendant une semaine à trois mois"

"La nuit a été longue" et "les jours qui viennent vont être longs" également pour les personnes affectées, a déclaré lundi Pedro Sanchez, en leur promettant qu'elles ne "souffriraient pas économiquement" grâce à la "solidarité" de l'ensemble du pays.

"On est capables de prédire le début de l’éruption, sa durée c’est compliqué", déclare Édouard Kaminski. Selon lui, si "on regarde les données historiques, on voit que c’est un volcan qui va faire des éruptions pendant une semaine à trois mois". D'après le coordinateur scientifique de l'Involcan, Nemesio Perez, l'activité du volcan pourrait en effet durer "plusieurs semaines voire quelques mois", en raison de la présence d'une seconde poche de magma située à 20 ou 30 kilomètres de profondeur.

Le volcan Cumbre Vieja se trouvait sous haute surveillance depuis une semaine en raison d'un énorme regain d'activité sismique. Selon Angel Victor Torres, il contiendrait entre 17 et 20 millions de mètres cubes de magma. D'origine volcanique, l'archipel des Canaries avait connu sa dernière éruption en 2011, sous-marine cette fois, au niveau de l'île d'El Hierro.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles