Publicité

Équipe de France: "Pas une punition", Henry justifie les absences de Cherki et de Tel dans sa liste des U23

Les JO de Paris 2024 se préparent dès maintenant. Thierry Henry, sélectionneur des Espoirs et par ricochet de l'équipe de France olympique, a dévoilé ce jeudi un groupe de 23 joueurs pour les deux prochains matchs amicaux au programme des Bleuets. Les 22 et 25 mars, ils affronteront à Châteauroux la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis pour monter en puissance en vue du tournoi olympique.

Henry apprécie le profil d'Akliouche

Le rassemblement à Clairefontaine la semaine prochaine sera le seul rendez-vous pour Henry avec ses joueurs avant qu'il ne dévoile mi-mai sa liste pour les JO. Pour l’ancien attaquant des Gunners, c’est l’occasion de tester des joueurs nés après le 1er janvier 2001 et de les mélanger à certains joueurs déjà appelés ces derniers mois. Dans cette liste, on retrouve ainsi le Lillois Lucas Chevalier et le Niçois Khephren Thuram, mais pas Mathys Tel ni Rayan Cherki.

L’attaquant du Bayern Munich (18 ans) et le meneur de jeu de l’OL (20 ans) paient tous les deux leur situation en club où ils doivent se contenter d’un statut de remplaçant. "Rayan a moins de temps de jeu. Il y a aussi des joueurs qui arrivent, il faut regarder ce que fait par exemple Maghnes Akliouche à Monaco. Ce n'est pas une punition", s’est justifié Henry au micro de la chaîne L’Equipe.

"Il y a aussi les 2001 qui arrivent. J’avais dit aux joueurs en interne: la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain. Ce n’est pas une punition. Rayan est un peu dans le dur à Lyon, il aura un coup de fil après pour avoir des explications. Akliouche fait ce qu’il a à faire à Monaco, il joue assez souvent. Enzo (Millot) est aussi très bon en Allemagne (à Stuttgart) et Désiré (Doué) est bon à Rennes. C’est la compétition, tout simplement", a appuyé le sélectionneur.

Et de conclure au sujet de Mathys Tel: "On sait ce qu'il sait faire, ça fait longtemps qu'il ne joue pas. Il y a des échéances en-dessous, ça peut lui permettre d'avoir du temps de jeu et de regarder ce qui peut se passer en bas avec Bernard Diomède (avec les U19). Ce n'est pas une punition." Mais un message fort, tout de même.

Article original publié sur RMC Sport