Publicité

Équipe de France: "J’espère que ça va plaire à Rothen cette fois", Tchouaméni maintient ses critiques sur le calendrier

Les footballeurs professionnels jouent-ils trop souvent? C’est en tout cas le sentiment d’Aurélien Tchouaméni. Interrogé ce jeudi lors de son passage devant la presse, le milieu de terrain de l’équipe de France a estimé que le calendrier international était surchargé. Une remarque qu’il avait déjà formulée l’an passé, ce qui lui avait valu des critiques appuyées de la part de Jérôme Rothen. Notre consultant avait repris de volée le joueur du Real Madrid dans Rothen s’enflamme sur RMC.

"Sur le calendrier, je me suis fait taper dessus après ma réponse lors d'un précédent rassemblement, a rappelé Tchouaméni avec un air amusé. Même si je reste un peu campé sur mes positions. Car il y a beaucoup de matchs. Il y a encore la Coupe du monde des clubs qui arrive à l’été 2025, une nouvelle compétition. Quand on parle de taper du poing sur la table en tant que joueurs, c'est d'être tous unis pour avoir notre mot à dire et pour discuter de ça avec les instances du football. Est-ce que ça se fera? On ne sait pas mais aujourd'hui c'est un fait. Je ne sais pas si Jérôme (Rothen) entend ma réponse, mais j'espère que ça va lui plaire cette fois-ci. Parce que la dernière fois... (sourire)."

"Consacrez-vous juste à votre profession"

En octobre dernier, Jérôme Rothen avait vivement taclé Aurélien Tchouaméni après avoir entendu ses remarques sur l’enchaînement des rencontres. "Vous voulez moins de matchs? Eh bien, vous allez toucher moins d'argent. Et ça, ça va poser problème à certains (…) D'habitude, je défends les joueurs. Mais là, je vais taper sur Aurélien Tchouaméni, avait lancé l'ancien milieu offensif. Les mecs s'embourgeoisent. A force d'être un titulaire indiscutable, il y a des matchs cacahuètes que tu n'as pas envie de jouer. L'accumulation des matchs est la même qu'il y a 20-30 ans. Les matchs durent encore 90 minutes."

"La fatigue dont il (Tchouaméni) parle, c'est plus celle en dehors du terrain et des matchs. La récupération invisible qu'on pouvait faire, elle est importante. Aujourd'hui, ils passent leur vie sur les réseaux sociaux. Prendre un jet pour aller voir un combat de MMA ou tourner un spot de pub en Turquie... Dans ces cas-là les gars, prenez moins de cachets pour ça et consacrez-vous au football, juste à votre profession."

Article original publié sur RMC Sport