Publicité

En Équateur, assassinat d’un militant indigène engagé contre un projet pétrolier

“Cela fait six mois que nous résistons sur le terrain, depuis qu’ils ont tenté de lancer l’exploitation [pétrolière]. Je demande au gouvernement de bien vouloir mettre fin à la violence qu’il a provoquée.” C’est l’un des derniers messages envoyés par Eduardo Mendúa, leader de la communauté amérindienne A’i Cofán de la région de Dureno, avant son assassinat, le 26 février 2023, dans son village du nord-est de l’Équateur.

Cité par l’alliance des médias GK et Mongabay, spécialisés dans les sujets environnementaux, l’homme assassiné était une figure importante de la puissante Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (Conaie), et porte-voix de la communauté engagée dans le conflit.

L’organisation amérindienne, qui a dirigé les manifestations massives contre le gouvernement équatorien en 2022, demande notamment une meilleure répartition des richesses et une politique extractiviste moins agressive.

Une communauté divisée

Selon Mongabay, la communauté amérindienne de Dureno s’est divisée en 2016, quand Petroecuador, la compagnie pétrolière nationale d’Équateur, a tenté de convaincre son leader, Silverio Criollo, d’accepter le forage de trente puits de pétrole dans la zone, contre un chèque de huit millions de dollars.

Malgré les amendes, “nous avons créé un front de résistance”, explique Edwin Hernández, autre figure de la communauté. “Nos grands-parents nous ont laissé la nature en héritage et s’il n’y a pas de moyens de subsistance à long terme, notre communauté disparaîtra.” Cet espace de 9 500 hectares, entouré par quelque 70 puits, a déjà été affecté par de nombreuses marées noires ces dernières années.

Le 27 février, un homme proche de Silverio Criollo et suspecté d’avoir “transporté les assassins en canoë” a été appréhendé par les autorités. La Conaie a demandé la révocation du chef de la communauté mis en cause mais l’omerta règne à Dureno, rapportent GK et Mongabay, certains ayant quitté la région par crainte de représailles.

“Petroecuador est responsable du crime en raison de la pression exercée sur la communauté”, qui a alimenté ce conflit interne, a affirmé durant une conférence de presse Jorge Acero, coordinateur des droits de l’ONG Amazon Frontlines.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :